Le 5 décembre 2011, Autolib' était inauguré à Paris. Le service démarre avec 50 voitures électriques et 250 stations de location et espaces disponibles. Le groupe Bolloré a remporté, en septembre 2010, l'appel d'offres du Syndicat mixte Autolib' pour mettre en place un service d'autopartage électrique en trace directe dans la capitale pour une durée de douze ans. Le scepticisme est alors de rigueur.
 
Cinq ans plus tard, Blue Solutions, la filiale du groupe Bolloré qui regroupe les activités de stockage d'électricité, revendique 4000 véhicules électriques déployés, 1100 stations et 6300 bornes réparties dans Paris et près de 100 communes d'Île-de-France.

4000 tours du monde en Bluecar
 
Aujourd'hui, Autolib', c'est une Bluecar louée toutes 5 secondes, 165 millions de kilomètres parcourus, soit plus de 4000 tours du monde. Les batteries LMP (Lithium Métal Polymère) développées par Blue Solutions ont fait leurs preuves.
 
Autolib', c'est également 18 millions de locations et 320 000 utilisateurs depuis son lancement. Blue Solutions revendique un taux de satisfaction client de 92%. Mieux, le service aurait permis de supprimer plus de 36 000 véhicules diesel ou essence des routes d'Île-de-France, selon une étude CSA de 2015.
 
En décembre 2014, le groupe Bolloré a diversifié son offre en lançant Utilib', une deux places avec un coffre de 900 litres pour transporter de petites marchandises. Depuis juin 2015, les Bluecar ne sont plus assemblées dans les usines de Pininfarina en Italie mais à l'usine Renault de Dieppe.

La Bluecar s'exporte
 
Le groupe Bolloré annonce "des évolutions permettant de favoriser l'intermodalité avec les transport en commun et d'offrir davantage de services à ses abonnées (nouvelles fonctionnalités de réservation, partenariats, etc." sans dévoiler précisément les nouveautés à venir.
 
En France, Autolib' a fait des petits à
Lyon et à Bordeaux en 2013. A l'étranger, les Bluecar circulent à Indianapolis aux États-Unis depuis 2015 et à Turin en Italie depuis cette année, en attendant Londres et Singapour en 2017.

Florence Guernalec