Valérie Pécresse avait dévoilé les grandes lignes de son plan bus (2017-2020) lors du congrès de la FNTV voici deux mois. Le conseil d'administration du Stif a voté, le 6 décembre 2016, les premières mesures qui seront mises en œuvre en 2017. Les décisions portent sur 23 premiers projets d'amélioration : 14 lignes seront améliorées dans Paris et la petite couronne et 9 réseaux renforcés sur la grande couronne (voir ci-dessous). Le budget de ce Grand Paris des bus s'élève 60 millions d'euros en année pleine

 
Entre-temps, la présidente de la région Île-de-France et du Stif a demandé
l'avis des Franciliens. Au total, 5000 auraient répondu à la consultation. Des attentes qui ont été intégrées dans le plan de modernisation du réseau de bus, assure le communiqué de l'autorité organisatrice. Le Stif a également organisé, le 18 octobre 2016, un séminaire régional avec les parties prenantes  – élus, opérateurs, représentants des collectivités, usagers.
 
Le Stif profite de l'annonce des premiers projets d'amélioration pour réitérer les priorités du Grand Paris des bus : "en finir avec les disparités territoriales".  Il s'agira, notamment, réorganiser les lignes de bus de tous les pôles urbains de moyenne et grande couronne qui le nécessitent – Versailles, Poissy, Etampes, Epinay-sur-Seine... – en se basant sur l'expertise du territoire des collectivités et des opérateurs concernés. Le plan prévoit également, de créer de nouvelles lignes express, de créer des lignes de BHNS, d'améliorer l'accès aux gares en zone rurale...



 
Par ailleurs, Valérie Pécresse a résumé, dans
, son plan en annonçant que les bus de demain seront :
- plus grands – mise en service de bus plus capacitaires sur les lignes les plus chargées ;
- plus propres –  objectif de 30% de bus propres en 2020 pour les 9500 bus et cars de la flotte francilienne, 100% en 2029 (hybrides, 100% électrique, bio-GNV) ;
- plus confortables – lancement par le Stif d'un travail sur le design intérieur ;
- plus sûrs – 100% des bus vidéo-protégés en 2017 ;
- plus numériques – généralisation d'une information dynamique aux arrêts de bus notamment.
 
Enfin, en 2018, l'ensemble du réseau de la capitale doit être réorganisé avec la préfecture de police et la Ville de Paris. Reste à savoir si Valérie Pécresse et Anne Hidalgo, qui s'opposent sur
la fermeture des voies sur berges rive droite, s'entendront pour remette à plat un réseau qui n'a pratiquement pas évolué depuis l'après-guerre.
 
Florence Guernalec