L’épisode de quatre jours de circulation alternée et de gratuité des transports public en Île-de-France va laisser un joli trou dans les caisses du Stif : 16 millions d’euros (4 millions par jour), alors que le budget environnement de la Région – pourtant en forte progression – n’est que de 8 millions d’euros. Cette mesure systématisée dès que la circulation alternée est mise en place est-elle vraiment efficace ?, s’interroge Valérie Pécresse, présidente de la Région et du Stif.

"Nous allons demander un retour d’expérience aux opérateurs pour savoir si cette gratuité s’est traduite ou non par une hausse de l’affluence dans les transports en commun", a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse présentant l’action de la Région en matière de lutte contre la pollution.

"Vous comprenez bien que ces 16 millions d’euros doivent vraiment être efficaces, et s’ils ne le sont pas, autant les mettre ailleurs. Pourquoi pas dans des primes à la casse de véhicules polluants ou dans l’accélération du plan bus". Une interrogation que Valérie Pécresse va soumettre à la réflexion d’un bureau du Stif qui se tiendra le 19 décembre 2016 et qui sera "exceptionnellement élargi aux représentants de tous les départements d’Île-de-France".

Par ailleurs, elle a rappelé qu’elle était favorable à l’instauration d’une écotaxe pour les poids lourds en transit dans la Région et qu’elle espérait que le gouvernement l'instaurerait enfin. "C'est une mesure qui serait plus efficace que la circulation alternée", a-t-elle déclaré.

Robert Viennet