A l'issue d'un appel d'offres mettant aux prises six candidats dont le sortant QPark, Effia a remporté le marché pour mettre en œuvre la nouvelle politique de stationnement de Saint-Malo. Un contrat d'une durée de 12 ans à partir du 3 janvier 2017 qui générera un chiffre d'affaire cumulé de 37 millions d'euros.
 
La filiale de Keolis, qui exploitait déjà le parking de la gare, va gérer, à terme, 4200  places de stationnement payantes en voirie et en enclos réparties sur 15 parkings (dont trois nouveaux), sachant que 2000 places en cours de création ou à créer sont planfiées. Il s'agit notamment de proposer une offre sur mesure pour mieux en compte l'affluence estivale.
 
Développer la "route des parkings"
 
Effia a prévu d'investir 3,5 millions d'euros pendant la durée de la délégation de service public (DSP) notamment pour mettre en place une "route des parkings", un concept venu des pays nordiques que Effia va exporter, pour la première fois, en France. Il s'agit de guider les automobilistes vers les parkings disponibles via des panneaux d'information statiques et dynamiques qui indiqueront le nombre de places disponibles en temps réel. Ainsi, l'automobiliste ne devrait plus "tourner en rond" à la recherche d'une place libre. L'installation de ces panneaux devrait intervenir courant avril 2017.
 
Effia va également investir dans l'implantation et le renouvellement de 177 horodateurs qui seront connectés. A terme, une appli mobile permettra un guidage GPS des automobilistes vers les places libres. Ces "horodateurs intelligents" proposeront différents modes de paiement : pièces, carte bancaire, paiement sans , appli mobile et la carte de transports publics Korri'Go.

Une nouvelle tarification
 
En outre, Effia a ouvert, le 3 janvier 2017, une maison de stationnement. Les usagers, qui voudront profiter de la demi-heure gratuite le matin et l'après-midi, devront s'inscrire auprès de cette maison. Ensuite, l'automobiliste entrera sa plaque d'immatriculation sur l'horodateur. Un ticket de gratuité de 30 minutes sera émis.
 
Les tarifs qui n'avaient pas changé depuis 2005 et pour certaines zones depuis 1990, ont augmenté au 1er janvier 2017. De plus, des places gratuites vont devenir payantes courant avril 2017. L'objectif ? Réduire le nombre de "voitures ventouses" et permettre une meilleure rotation afin de dynamiser l’accès aux commerces de proximité et de faciliter celui des services municipaux. De nouveaux abonnements seront mis en place à cette occasion.

Florence Guernalec