Au cours de ce colloque, l'actuel président du Gart, Roland Ries, maire de Strasbourg, a plaidé pour de nouveaux modes de gouvernance et de financement des transports publics. Il a également annoncé la création, à l'automne 2011, d'une nouvelle commission de travail sur les infrastructures et les villes.
Elle doit se pencher sur les enjeux du bâtiment et des réseaux de distribution énergétiques (smart grid) dès lors qu'ils sont en prise avec les transports.


Très peu de syndicats mixtes de transport


Rapellant l'existence depuis 2000 des syndicats mixtes loi SRU (initiés par Jean-Pierre Gayssot, alors ministre des Transports), Yves Krattinger, le sénateur de la Haute-Saône qui préside la commission intermodalité et périurbain au Gart, a réclamé "une approche plus apaisée du partage des responsabilités entre collectivités", rendu possible par la loi SRU.

Très peu d'autorités organisatrices de transport ont créé des syndicats mixtes à ce jour (citons tout de même  l'Hérault et l'Oise). "Inventé il y a trente ans, le compartimentage des responsabilités dans la gouvernance des transports collectifs a fait son temps. Il a été rattrapé, dépassé par la demande sociale. Le hic, c'est que les pionniers misant sur plus de coopération prêchent encore trop dans le désert", a ajouté l'universitaire Francis Beaucire, qui juge la loi d'orientation sur les transports intérieurs (Loti) "obsolète".

"Cet éclatement des autorités régulatrices n'est pas durable et ne facilite pas la formulation de répondes globales. Pour avoir une meilleure vision de l'avenir, il faut une gouvernance plus large", a plaidé Roland Ries.


Livre Blanc européen : quid des financements ?

Réagissant au livre blanc sur les transports d'ici à 2050 que la Commission européenne vient de publier (lire), Bernard Soulage, nouveau président du GIE Objectif transport public Gart-UTP (lire), estime les objectifs ambitieux mais s'interroge sur les moyens financiers. "Au lieu d'attendre désespérément des financements", il appelle à plus de travail collectif entre acteurs du transports : "Ensemble, il faut trouver le plus possible de solutions simples, lisibles et pas trop chères."

"Les innovations dans le secteur des transports sont toujours plus complexes et toujours plus chères, impossible de suivre", a observé Charles-Eric Lemaignien, vice-président de la commission financement et tarification du Gart.
Malgré l'augmentation du versement transport pour les agglomérations de moins de 100 000 habitants (lire), l'élu estime que "si rien n'est fait en matière de financement, on va tout droit dans le mur car l'étalement urbain coûte cher".

Il a aussi pointé du doigt l'impact financier des normes d'émissions Euro sur le renouvellement des autobus. Et recommande aux collectivités déléguant leurs services de bien négocier leurs contrats et d'être tout particulièrement attentives, dans le cadre des DSP, aux clauses d'indexation tarifaires.

N.A