"La stratégie piétons vise à prévoir des aménagements en faveur des piétons et à promouvoir la marche à Paris. Elle s’intéresse autant aux déplacements qu’à l’hospitalité des espaces publics. Elle cherche avant tout à faciliter les trajets journaliers et les conditions de la marche au quotidien, mais entend aussi favoriser la promenade ou la pratique sportive", a expliqué Anne Hidalgo dans son discours prononcé le 30 janvier. Le conseil de Paris doit voter cette "stratégie piétons" qui sera déployée d'ici à 2020 pour un budget global de près de 90 millions d'euros selon le quotidien .

Cette stratégie propose des réponses aussi bien en termes d’aménagement que de règlementation et de sensibilisation en portant une attention particulière aux personnes en situation de handicap. Elle se décline en cinq chantiers thématiques : 

1. Multiplier et simplifier les continuités piétonnes et opérer de nouveaux partages de la voirie.
La priorité est de faciliter les franchissements, notamment sur le boulevard périphérique. Il est également prévu d'attenuer d'autres ruptures urbaines. Les projets de réaménagement des places notamment intègrent ces objectifs, ainsi que la nécessité d’apaiser les axes routiers. 
Il s'agit aussi de créer des parcours sportifs, verts et culturels sur les terre-pleins centraux de certains boulevards comme ceux de Charonne ou Ménilmontant. 

2. Favoriser la diversité d’usages de la rue.
Il s'agit en particulier de permettre aux enfants, ou aux femmes de pouvoir se déplacer en toute tranquillité. Cela passera par la mise en place de nouvelles formes de "zones de rencontre", avec des trottoirs élargis et végétalisés, ainsi que des rues aux enfants, piétonnisées.
C’est dans ce cadre également que la Ville de Paris va travailler à un "Marais piéton" en créant une zone à trafic limité dans laquelle la circulation sera limitée à de la desserte locale, privilégiant ainsi la vie de quartier à la circulation de transit. D’autres quartiers ou rues de ce type pourront ensuite se développer dans tous les arrondissements.

3. Élever les standards de confort et de sécurité des espaces publics.
Parmi les actions envisagées, le renforcement des mesures de sécurité routière, la sécurisation et l'élargissement des passages piétons – par exemple sur les Champs-Élysées –, le désencombrement de l’espace, etc. Anne Hidalgo rappelle son souhait de limiter la vitesse à 30 km/h dans tout Paris, exception faite des grands axes d’ici à 2020. 

4. Repenser l’orientation des piétons dans la Ville, avec la mise en place de plans ou de repères plus efficaces (qui indiquent le temps de trajet à pied) et des parcours signalés pour découvrir Paris à pied. 
La Ville s'engage, en particulier, à produire des plans de Paris indiquant le temps de trajet à pied.

5. Conforter la culture piétonne de la Ville, en valorisant la marche urbaine comme un véritable art de vivre. 
La Ville s'engage notamment à initier des projets en ce sens via des lieux d'exposition et des manifestations culturelles, et les Ateliers de Paris, incubateur d'entreprises et galerie d'exposition
Une communication nouvelle insistera sur le plaisir de marcher.

Cette stratégie piétons s'inscrit dans la continuité de plusieurs mesures déjà lancées ou prévues par la Ville : plan pour la qualité de l’air, plan vélo, plan Paris santé environnement, vitesse limitée à 30km/heure, zone(s) à trafic limité, schéma touristique, piétonisation des berges de Seine, réaménagement de sept places parisiennes, extension du tramway et requalification des Boulevards des Maréchaux, transformation de Portes en places, plan de prévention du bruit dans l’environnement, végétalisation de l’espace public…

"Nous voulons ainsi affirmer que la marche est un mode de transport en soi, qui mérite des actions spécifiques, des dispositifs ciblés, une attention accrue", souligne la maire de Paris dans son discours. Surtout, Anne Hidalgo espère sortir de ce paradoxe où 52 % des déplacements des Parisiens se font à pied et dans Paris, mais 56 % de l'espace public est dévolu à la voiture
.

F.G.