Et de deux ! Outre les lignes 21 et 147 de la RATP, le prototype de bus éléctrique d’Alstom-NTL va être testé sur un deuxième terrain de jeu. On savait, depuis sa présentation en mars chez NTL, que ce véhicule innovant baptisé "Aptis" circulerait aussi en grande couronne sous l’égide du Stif avec Keolis comme opérateur.
 
Désormais, on sait que ce sera dans les Yvelines, le département d'élection de la présidente de la région Île-de-France et du Stif, Valérie Pécresse. "Le Stif a ainsi décidé de déployer sur la ligne 23 du réseau de bus de Versailles-Vélizy, qui relie Versailles Europe et Vélizy 2, la nouvelle solution de mobilité 100% électrique" d'Alstom, a annoncé l'autorité organisatrice, le 27 mars 2017.

Quand roulera-t-il ? Le premier véhicule rejoindra le réseau de Versailles-Vélizy "dès le mois de mai 2017, puis, après une série de tests, il sera mis en service commercial sur la ligne 23 pour une durée d’un an à compter de septembre 2017", ajoute le communiqué.

La ligne 23 du réseau de Vélizy transporte 1.300 voyageurs par jour et assure une liaison directe entre le centre d’affaires et commercial de Vélizy 2 et le centre-ville de Versailles (Versailles-Europe). Cette ligne de 13 kilomètres passe au cœur des quartiers d’habitat de Vélizy et emprunte l’avenue de Paris qui mène au Château de Versailles et à l’Hôtel de Ville.

Un test "Full autonomy" avant le biberonnage

But de l'expérimentation menée par Keolis et le Stif avec le concours de l'intercommunalité de Versailles Grand Parc : tester, pendant un an, la technologie "full autonomy" de recharge en dépôt durant la nuit, évaluer le fonctionnement de la technologie d'Alstom en conditions réelles d’exploitation à savoir la consommation électrique du bus et sa recharge, le comportement des batteries et le fonctionnement de l’alimentation au dépôt.

Mais il s'agit aussi d'évaluer "la maintenance sur les aspects mécaniques et électriques et enfin le modèle économique et les coûts d’exploitation du véhicule", ajoute le communiqué.

Le Stif rappelle que ce déploiement s’inscrit dans le cadre de la délibération, adoptée le 6 décembre 2016, sur le Grand Paris des bus. Les objectifs sont que les bus et cars de la flotte francilienne soient à 30% des véhicules propres en 2020 et à 100% en 2025 dans les zones denses les plus polluées (hybrides, tout électrique ou au bio-GNV).
 
D'où cette phase d'expérimentation menée avec les opérateurs et différents industriels avant le grand saut dans l’achat massif de bus d'un nouveau genre.

Comme l'a révélé MobiliCités voici quelques jours, NTL prépare pour 2018 un prototype d'Aptis doté d'un système de recharge rapide aux arrêts utilisant la technologie de recharge par le sol SRS, développé par Alstom pour les tramways et les bus.

Marc Fressoz