La nouvelle est tombée en plein Salon Parkopolis où tous les opérateurs du stationnement ont leur stand. Le PDG d'Indigo Serge Clémente a confirmé au journal avoir reçu l'avis d'attribution le 20 juin 2017 pour deux lots sur les trois qui étaient en appel d'offres. Urbis Park, du groupe Transdev, aurait obtenu le troisième lot, soit 50.000 places environ pour gérer la collecte de la recette des horodateurs et le recouvrement des amendes. Un même prestataire ne pouvait en effet remporter les trois lots.
 
Ainsi, Indigo (ex-Vinci Park) va gérer, à compter du 1er janvier 2018, 14 des 20 arrondissements à Paris, soit 97.000 places. La mise en vente du capital d'Indigo par les fonds Ardian et Prédica – sans compter les rumeurs d'une reprise par des Chinois – n'a donc pas effrayé la mairie de Paris. C'est le deuxième succès majeur remporté par Indigo après
le gain du contrat Vélib' au sein du consortium Smoovengo.
 
Effia, filiale de Keolis, associée à Parkeon et Saemes, détenue en majorité par la mairie de Paris, serait donc le grand perdant de cet appel d'offres où le prix comptait à 70% dans la note finale. Or si les technologies utilisées pour le pré-contrôle – voitures LAPI – sont les mêmes, la différence s'est sans doute faite sur les effectifs à recruter et leur optimisation pour recouvrer les forfaits post stationnement (FPS).

La mairie de Paris estime que la fraude au stationnement de surface à Paris représente un manque à gagner de 300 millions d'euros par an.
 
F.G.