La RATP vient de lancer sa première émission de green bonds (1) pour soutenir sa politique RSE et démontrer sa volonté de relever le défi du changement climatique.
 
Cette opération, d’un montant de 500 millions d’euros, prévoit de financer la partie qui incombe à la RATP de trois grands projets :
- le renouvellement du parc de matériel roulant du RER A, la ligne ferroviaire urbaine la plus fréquentée d’Europe avec plus d’1,2 million de voyageurs par jour ;
- l’automatisation de la ligne 4 du métro, 2ème ligne la plus fréquentée du métro parisien ;
- l’achat de locotracteurs bimodes électriques pour la maintenance des infrastructures RER.
 
Ces projets ont l’ambition d’atteindre des objectifs à fort impact environnemental et mettent en valeur les priorités de la RATP en matière de RSE.
 
Une opération sur-souscrite
 
La RATP, en collaboration avec Crédit Agricole CIB, HSBC et Natixis, a organisé une série de rencontres investisseurs à travers l’Europe afin de cibler les acteurs green ainsi que ceux traditionnellement actifs sur les obligations RATP.
 
Suite à des retours positifs de la part des investisseurs, particulièrement intéressés par la partie longue de la courbe des taux, une nouvelle émission de 500 millions d'euros à dix ans a été annoncée au marché dans l’après-midi du 21 juin 2017.
 
Le livre d’ordres a finalement atteint 1,6 milliard d’euros le 22 juin, avec une variété et une qualité d’investisseurs, notamment à l’international, soulignant la forte notoriété de la RATP sur les marchés de capitaux et confirmant le succès de l’opération.
 
F.G.
 
(1) les green bonds sont des obligations, au sens classique du terme, dont les fonds levés sont exclusivement fléchés vers des projets et activités à bénéfice environnemental.