Un appel public à concurrence européen a été publié le 1er août 2017 afin de "concéder l'exploitation du service pour une durée de dix ans", indiquent les deux ministres dans un communiqué commun. Longue de 175 kilomètres, cette "autoroute ferroviaire" relie Orbassano, en périphérie de Turin, à Aiton (Savoie), à la sortie de la vallée de la Maurienne, via le tunnel du Fréjus.

La ligne "a été mise en service en 2003 sous la forme d'une expérimentation à la suite de l'accident au tunnel du Mont-Blanc", qui avait provoqué la mort de 39 personnes en mars 1999. Une première tentative de mise en concession en 2009 était restée sans suite, malgré les candidatures présentées par la SNCF et Trenitalia.

Le service reste donc subventionné par la France et l'Italie, avec la bénédiction de la Commission européenne qui a validé les prolongations successives de ce régime "transitoire" depuis bientôt 15 ans. Mais la ligne "ne parvient pas à monter en puissance", selon un rapport dela Cour des comptes publié en février: moins de 30.000 poids lourds par an, soit 2% du trafic transalpin, pour 9 millions d'euros de pertes en 2015, comblées "sans enthousiasme" par les deux pays.

Chaque jour, trois navettes chargées de camions circulent dans le sens Orbassano-Aiton, et une seule dans le sens Aiton-Orbassano, selon les horaires affichés sur le site internet ferralpina.com.

AFP