L'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) et cinq syndicats représentatifs représentant près de 75 % des salariés de la branche ferroviaire, ont signé l’accord "formation professionnelle" de la convention collective nationale : la CGT Cheminots, l’Unsa-ferroviaire, l’Union Fédérale FGTE-CFDT Cheminots, la Fédération générale CFTC des Transports et la CFE-CGC ferroviaire. Deux organisations syndicales n'ont pas signé : Sud-rail et FO-cheminots.
 
Ce nouvel accord constitue le nouveau cadre commun à tous les acteurs en matière de formation professionnelle. Il établit les principes de la politique et les ambitions de la branche ferroviaire dans le domaine de la formation professionnelle et en fixe les priorités et les objectifs. L'accord entrera en vigueur à l'issue de son dépôt auprès de la direction générale du travail.
 
Dans un communiqué daté du 18 juillet 2017, l'UTP explique que les signataires s’engagent en faveur d’une politique de formation initiale et continue ambitieuse et structurante pour la branche permettant de répondre aux exigences et aux spécificités de ses activités, de maintenir un haut niveau de sécurité et d’améliorer la qualité du service effectué tout en favorisant l’évolution professionnelle des salariés. 

Les signataires rappellent ainsi l’importance, pour l’ensemble des parties prenantes, d’utiliser et de développer l’ensemble des moyens de formation mis à leur disposition afin, notamment, d’anticiper et de s’adapter continuellement aux évolutions du contexte économique, social et technique de la branche ferroviaire.

Enfin, ils reconnaissent l’enjeu essentiel que constitue la portabilité des droits à la formation de l’ensemble des salariés, notamment par la mise en œuvre et le développement du Compte Personnel de Formation (CPF).

La désignation de l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) de la branche ferroviaire avait déjà été actée par l’accord du 17 décembre 2015 et la création des instances paritaires de pilotage par celui du 31 mai 2016 : Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (CPNE) et Observatoire prospectif des métiers, des qualifications et des compétences (OPMQC).
 
Fruit de sept mois de négociations, cet accord s’inscrit dans la continuité de la création de la convention collective nationale de la branche ferroviaire. Les négociations vont désormais se poursuivre à l’automne sur les volets "rémunérations et classifications", "prévoyance" et "exercice du droit syndical". Dans son communiqué, l’UTP indique qu'elle souhaite aboutir, d’ici à deux ans.
 
F.G.