C'était le feuilleton de l'été à Paris. Le préfet de police de Paris et la maire de la capitale s'opposent sur la création d'une piste cyclable en double sens rue de Rivoli pour relier la Bastille par la rue Saint-Antoine à la Concorde. Paris en Selle a réagi, le 25 août 2017, défendant le projet d'Anne Hidalgo et rejetant les réserves du préfet sur la circulation des véhicules d'urgence. L'association explique que cet axe comme l'avenue du général Leclerc, boulevard Saint-Michel "bénéficient ou bénéficieront de couloirs de bus permettant aux véhicules d'urgence de ne pas être pris dans les bouchons.
 
Et l'association de constater que si ces véhicules ne peuvent circuler, c'est parce que des automobilistes empruntent ces voies en toute illégalité, un phénomène qui, selon elle, n'existe pas dans les grandes villes européennes et nord-américaines. Paris en Selle explique que ces infractions, passibles d'une amende de 135 euros, "sont rarement sanctionnées par manque de volonté de la préfecture de police, d'où un fort sentiment d'impunité".
 
Par ailleurs, l'association dénonce "le comportement de certains policiers qui stationnent sur les trottoirs, des pistes cyclables ou des couloirs de bus, sans motif légitime, montrant ainsi le mauvais exemple". Ainsi, Paris en Selle a lancé une campagne sur #AlloMichel qui vise à interpeller le préfet de police Michel Delpuech "afin qu'il mette en cohérence sa parole avec sa mission de protection des populations".
 
Dans un courrier daté du 25 juillet 2017 cité par le journal Le Monde, Michel Delpuech avait exprimé,
sur la suppression d'une voie de circulation qui va poser, selon lui, des difficultés pour l'intervention des véhicules de secours et de la police. La réponse de la maire de Paris le 28 juillet, n'a pas convaincu le préfet de police selon Le Monde. "Votre courrier confirme mes réserves sur la fluidité de circulation des services d'urgence", a répondu Michel Delpuech le 31 juillet.
 
Celui-ci explique qu'il est possible de créer un voie cyclable en double-sens rue de Rivoli sans supprimer de voie de circulation. "L'actuelle voie réservée aux bus sur une bonne partie de la rue de Rivoli a été calibrée pour accueillir les vélos aussi. Dès lors qu'on crée une voie cyclable ailleurs, il n'y plus besoin d'un couloir aussi large", explique Michel Delpuech dans une interview au journal
.
 
La création d'une piste cyclable à double-sens rue de Rivoli entre dans le cadre du plan vélo Paris 2015-2020 qui prévoit un doublement du kilométrage de pistes cyclables d'ici à la fin du mandat d'Anne Hidalgo. Or depuis la
loi sur le statut de Paris et l'aménagement métropolitain de février 2017, la maire de Paris a désormais une compétence générale en matière de police de la circulation.

F.G.