Qui a dit que les navettes autonomes sont un luxe réservé aux habitants des métropoles comme Paris ou Lyon ? Certainement pas CarPostal France qui, comme Keolis, Transdev et la RATP, possède dans son parc ce genre de véhicules. 

L'opérateur suisse, qui se positionne sur le créneau des agglomérations moyennes, en fait un petit "plus" commercial pour consolider ses positions sur ce marché. Il possède quatre exemplaires de navette Navya – acquises environ 250.000 euros l'unité – deux sont exploitées à Sion depuis juin 2016, les deux autres étant réservées à des démonstrations.

Une vitrine stratégique

Durant le mois de septembre 2017, CarPostal a ainsi choisi de faire goûter ce moyen de transport aux élus et aux habitants de deux réseaux de province qu'il exploite : Sète (agglo de Thau) et Dole.

Du 4 au 15 septembre 2017, une ligne éphémère de 1,5 kilomètre est ainsi ouverte, hors voirie, qui longe les plages de Sète en reliant un parking à un arrêt de bus. Puis du 20 au 30 septembre, à Dole dans le Jura, un parcours sera ouvert, cette fois dans le centre-ville fermé à la circulation.

L'intérêt ? Créer un nouveau service en facilitant le dernier kilomètre et rendre plus attractif des réseaux de transport urbains qui n'ont pas la taille suffisante pour prétendre au tram. A terme, cette démonstration de navette autonome pourrait donner aux élus des deux agglomérations l'idée d'une pérennisation. Elle sert également de vitrine à CarPostal France dont l'ambition ne semble pas limitée au renouvellement des DSP des réseaux que l'opérateur gère en France (Dole, Sète, Bourg en Bresse, etc.).

CarPostal prévoit aussi une expérimentation à Bolzano au pied des Dolomites italiennes ainsi que dans une ville allemande. Le groupe entend valoriser ce qu'il estime être une longueur d'avance sur ses concurrents.

Un acquis précieux

Il est certain que nous avons acquis depuis plus d'un an et demi à Sion une expérience précieuse en matière de véhicule autonome, analyse Philippe Cinna, le responsable du développement de CarPostal Suisse. Car nous sommes les seuls à faire fonctionner en voirie et sur une longue période aussi ce type de solution. Nous avons déjà transporté 26.000 personnes, et parcouru plus de 5.000 kilomètres, ce qui représente un certain nombre de données accumulées.

Depuis, CarPostal a su déjouer un certain nombre d'obstacles : "par exemple, nous savons régler les équipement pour que la neige qui tombe ne perturbe plus les capteurs. Autre réglage, faire en sorte que la végétation qui pousse au printemps au bord de son parcours ne modifie pas les repères des navettes".

Autre signe de l'investissement de CarPostal dans ces solutions du dernier kilomètre, la maison-mère présentera, le 12 septembre 2017, à Berne, une étude sur la perception par les voyageurs des navettes autonomes. Visiblement, elles plaisent autant aux anciens en leur permettant d'accroître leur autonomie qu'aux jeunes, technophiles.

Marc Fressoz

 
CarPostal France va proposer du covoiturage de proximité
 
CarPostal et Ecov s'associent pour développer le covoiturage de proximité entre les villes de Salon-de-Provence et Sénas dès octobre 2017.
 
CarPostal France avait signé, en mai 2017, une convention de partenariat avec la start-up de l'économie sociale et solidaire. Ecov a développé Covoit'ici, un service de covoiturage du quotidien pour les territoires périurbains et ruraux matérialisé par des stations visibles couplées aux arrêts de bus.
 
Après un premier projet pilote en Île-de-France, ce partenariat permet à CarPostal de poursuivre sa stratégie de développement d'une offre dédiée aux zones peu denses.
 
Ce partenariat d'une durée de deux ans se concrétisera soit par une intégration du service Covoit'ici dans les réponses de CarPostal à des appels d'offres ; soit par des expérimentations proposées aux collectivités déjà partenaires de CarPostal dans le cadre de contrats de Délégations de Service Public.

F.G.