Sans surprise, il apparaît que le degré d'acception des navettes autonomes est plus élevé chez ceux qui sont déjà monté dedans, selon les résultats des deux études commandées par CarPostal (1).
 
Ainsi, à Sion en Suisse où l'opérateur helvète fait circuler des navettes autonomes du français Navya depuis juin 2016, 62% des personnes interrogées ne manifestent aucune préoccupation ou un très faible niveau de préoccupation (contre 51% pour les personnes sondées).
Et 38% des sondés à Sion déclarent au contraire ressentir un niveau de préoccupation modéré ou élevée à l'idée de monter dans un véhicule autonome (contre 49% en moyenne).
 
En outre, l'enquête montre que les personnes qui ont déjà circulé à bord d'une navette autonome, expriment même des souhaits d’améliorations concrètes ainsi que de nouvelles idées d’utilisation dans le cadre d’une extension de l’offre. Par exemple, l’augmentation de la vitesse, l’allongement des trajets ou l’utilisation des navettes sur des sites hospitaliers ou d’entreprise.

Des navettes à la demande en test
 
Après l'expérience de Sion et une série de démonstrations, CarPostal souhaite garder une longueur d'avance parmi les opérateurs qui exploitent des navettes autonomes. Ainsi, le groupe a mis en place, avec la Poste, un site d’essai fermé dans le quartier de Stöckacker à Berne. L'enjeu est de tester de nouvelles fonctions. Par exemple, un service à la demande qui a été aussi présenté, lors de la conférence de de presse le 12 septembre 2017. L'idée est de commander une navette CarPostal sans conducteur d’un clic sur un smartphone.
 
Le groupe indique, dans son communiqué, que cette fonction devrait être disponible à moyen terme sur la voie publique même si contrairement à ce qui prévaut sur les sites fermés, la réglementation impose encore la présence d’un accompagnant à bord dans l’espace public.
 
A Sion, les deux navettes ont transporté plus de 25.000 personnes dans le centre-ville depuis juin 2016. Autant de voyageurs ont testé les deux navettes de démonstration de CarPostal lors de quelque 20 manifestations en Suisse et ailleurs en Europe. En France, les habitants de Sète et Dôle ont aussi pu tester ses SmartShuttle durant le mois de septembre 2017.
 
F.G.
 

(1) Les enquêtes ont été réalisées par l’institut d’études de marché GIM Suisse SA et la HES-SO Valais (Haute école spécialisée de Suisse occidentale).
Entre avril et juin 2017, 400 personnes au total ont été interrogées sur leur ressenti à l’égard de la conduite automatisée en général et des bus autonomes en particulier. D’une part, des personnes ont été interviewées sur place, à Sion: passagers du SmartShuttle, cyclistes et automobilistes, piétons, commerçants et résidants. D’autre part, des personnes n’ayant jamais expérimenté elles-mêmes la conduite automatisée ont été ées par téléphone. Ces sondages ont été réalisés dans les villes de Lucerne, Schaffhouse et St-Gall.