Un axe apaisé afin de mieux partager la rue ; un abri voyageurs nouvelle génération, un banc public multi-usage,  un gouvernail pour mettre le piéton sur le bon chemin ; la signalétique "petits poucets" améliorée. Ce sont les cinq nouveaux équipements qui sont expérimentés pendant quelques mois à Grenoble à partir du 28 septembre 2017.
 
Grenoble-Alpes Métropole s'appuie sur le projet Chrono en marche ! pour tester depuis juillet 2016, les idées suggérées par les riverains et les usagers du quartier Bouchayer-Viallet. L'objectif ? Favoriser la marche à pied et plus globalement des modes doux, et l'utilisation des transports en commun du réseau Tag opéré par Transdev.
 
  • L'axe apaisé
 
L'axe apaisé expérimenté rue Ampère a été repensé par les élus et techniciens avec les usagers. Les aménagements imaginés ont permis de limiter les investissements lourds et les contraintes administratives : deux bandes de résine rugueuses pour séparer les cyclistes des voitures ; des passages piétons plus clairs et élargis ; une station de bus apaisée qui contraint les automobilistes et cyclistes de rester à l'arrière du bus pendant qu'il est à l'arrêt. Cet axe apaisé comporte également un mât fixé sur le toit de l'abri voyageurs Cémoi qui permet de repérer l'arrêt de loin  et doit favoriser la marche à pied et l'utilisation des transport en commun.
 
D'ores et déjà, les aménagements déjà testés ont permis d'augmenter la fréquentation de la ligne Chrono C5 de 11% entre février 2016 et février 2017 et de 14% à l'arrêt Cémoi qui concentre l'expérimentation.
 
  • L'abri voyageurs nouvelle génération
 
L'abri voyageurs a été retravaillé par les équipes de JCDecaux à partir des idées les plus plébiscitées lors de la consultation numériques des usagers. Le protoype d'abribus concentre les dernières technologies : éclairage LED, toit pholovoltaïque qui alimente les deux deux prises USB qui permettent de recharger son smartphone lorsqu'on attend le bus et l'écran d'information e-paper de 31 pouces, paroi végétalisée, ouverture pour facilier l'accès aux PMR, mais aussi un claustra en sapin qui remplace des parois en verre.
 
"Désormais, c’est le voyageur qui est au cœur du dispositif, davantage que le bus, fait remarquer Isabelle Mari, directrice des projets stratégiques de JCDecaux dans le dossier de presse. Cela correspond à l’évolution de la mobilité urbaine beaucoup plus multimodale. Aujourd’hui, les abris restent des lieux d’accueil, d’information et de services indispensables pour des réseaux de bus. Mais ils s’adaptent aux besoins des tram, navettes, taxis, et, pourquoi pas, demain au covoiturage... Le voyageur en milieu urbain est le dénominateur commun de tous ces modes."
 
  • Le banc multi-usage
 
Pour la réalisation d'un banc muti-usage, Chrono en marche ! a fait appel au département Digital RDL research by design laboratory architecte 2.0 de l'école d'architecture de Grenoble. Ce banc s'étire sur quinze mètres de long en deux parties et peut accueillir jusqu'à 20 personnes simultanément. Conçu à partir de 3000 pièces (impression 3D, découpe laser) assemblées.
 
"Ce banc destiné au public a vocation à contribuer à l’ergonomie du déplacement, explique Philippe Liveneau, directeur du laboratoire Digital RDL. Avec ce banc, on questionne l’usage corporel mais aussi la qualité de l’attente, qualité du lieu, de l’espace où on évolue. Ici, on parle de station apaisée avec l’idée de faire ralentir les gens. Mais apaisé se comprend au sens où il y a de l’espace, où l’on peut se reposer, souffler... Le banc agrémente un imaginaire des lieux de la mobilité."
 
  • Le gouvernail low tech
 
Le gouvernail est  destiné à résoudre les problèmes d'orientation des piétons. Ce mobilier urbain est constitué d'un cadran qui renferme un plan, situé à hauteur d'homme capable de pivoter à 360° sur son mât. La destination finale de l'usager se trouve ainsi devant lui.
 
Une invention signée Matthieu Audebaud déposée à l'INPI qui a mobilisé notamment deux ingénieurs et un agrégé de mathématiques. L'avantage est que ce gouvernail testé square des Fusillés, ne fait pas appel au numérique, et est donc autosuffisant et durable. Il ne nécessite pas de maintenance.
 
  • La signalétique revue
 
Le marquage au sol, sous la forme de stickers, imaginé à l'origine par les habitants et usagers du quartier Bouchayer-Viallet a été améliorée afin d'être plus lisible et rendre simple et immédiate la lecture de ces guides pas à pas vers les lieux d'attractivité et les stations de transport en commun. Ces "petits poucets" indiquent également les temps de marche pour atteindre sa destination.
 
Le projet Chrono en marche ! déployé par le Laboratoire d'expérimentation des mobilités de l'agglomération grenobloise (Lemon) a généré 1054 idées participatives des usagers et riverains en 2015. En avril 2017, Transdev a été récompensé par le
premier prix européen de l’innovation dans la catégorie "participation citoyenne" décerné par le journal Le Monde Smart Cities.
 
Depuis juillet 2016, des expérimentations grandeur nature permettent d'éprouver ces équipements et de les améliorer, et peut-être un jour de les exporter dans d'autres villes.
 
Florence Guernalec