Nombre de salariés, nature des emplois et des contrats, temps de travail, pyramide des âges, investissements dans la formation professionnelle… L'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) vient de publier (1).
 
Ce bilan social présente les données agrégées des entreprises adhérentes de l’UTP qui entrent dans le champ d’application de la future convention collective nationale de la branche ferroviaire tel que défini par
l’accord de branche du 23 avril 2015.
 
L'enquête présente ainsi les données agrégées de sept entreprises au cours de l'année 2016 qui représentent 149.776 salariés (sur un total estimé à 156.000). Il s’agit des mêmes entreprises dont les données avaient été présentées dans le bilan social 2015.
 
Les chiffres clés de 2016 :

• les salariés sédentaires représentent près de la moitié des effectifs, les sédentaires en charge de la sécurité 35,5%, les conducteurs 10,3% et les agents d’accompagnement 4,7% ;
 
• la branche ferroviaire est une branche qui offre des emplois stables et pérennes. La quasi-totalité des salariés (98,4%) travaillent sous contrat à durée indéterminée et la part des personnels en contrat à durée déterminée est très inférieure à celles observées au niveau national (8,1%) et dans le secteur des transports (5,9%) ;
 
• les salariés à temps partiel représentent 9,5 % des effectifs, un taux inférieur à ceux observés au niveau national (15,7%) et dans le secteur des transports (10,6%) ;
 
• la pyramide des âges est équilibrée : 47,6% des salariés sont âgés de 40 ans et moins et 52,4% sont âgés de 41 ans et plus ;
 
• la proportion des femmes s’établit à 19,7% des effectifs ;
 
• les entreprises investissent fortement dans la formation professionnelle : elles y consacrent 7,1% de leur masse salariale, un taux bien supérieur à leurs obligations légales.
 
Pour mémoire, les partenaires sociaux ont déjà conclu les volets "champ d’application", "disposition générales", "contrat de travail", "organisation du travail", "formation professionnelle" de la convention collective nationale ferroviaire, et ont entamé les négociations sur la partie  "classifications - rémunérations".
 
F.G.

 
*Données des entreprises qui relèvent de la convention collective nationale ferroviaire : le groupe public ferroviaire, les entreprises de transport ferroviaire de voyageurs et/ou de marchandises, des entreprises qui gèrent, exploitent ou entretiennent des infrastructures circulées, des entreprises en charge de la maintenance, hors réparation, des matériels roulants ainsi que des entreprises qui assurent des missions liées à la sécurité ferroviaires.