Le lancement de l'appli mobile Free2Move a eu lieu en présence de Scott Kubly, directeur des services municipaux des Transports (SDOT) de la ville de Seattle (État de Washington). La municipalité avait récemment présenté un projet visant à promouvoir des moyens de mobilité innovants. D'où le choix de cette ville pour le groupe français.
 
Free2Move est la marque qui recouvre
les activités de services de mobilité de PSA. L'appli mobile éponyme permet "d'accéder aux services d'autopartage de plusieurs opérateurs pour disposer de voitures ou de vélos en autopartage" à Seattle, a précisé le groupe dans un communiqué.
 
Free2Move propose ainsi les offres de voitures en autopartage opérés par Car2Go, Zipcar puis TravelCar. Plusieurs offres de vélos en libre-service telles qu’Ofo Bike, Lime Bike et Spin Bike seront également proposées dans les deux prochains mois.
 
Le service permet de comparer l'emplacement, les caractéristiques et le coût des différents moyens de transport à Seattle en attendant son implantation dans d'autres villes américaines. L'usager peut réserver ou accéder directement au mode de transport de son choix pour une période de quelques minutes à quelques jours.
 
L'appli et déjà présente dans sept pays européens : Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Suède et la France depuis juin 2017. Brigitte Courtehoux, directrice des services connectés et nouvelles mobilités de PSA, a estimé que l'application Free2Move pourrait d'ici un an atteindre "des centaines de milliers de téléchargements". En Europe, elle l'a été 400.000 fois, selon elle.
 
Un cheval de Troie
 
"C'est notre premier lancement réel de produit en Amérique du Nord" depuis 1991, a déclaré le patron de cette zone géographique chez PSA, Larry Dominique, lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP. Le groupe est cependant présent aux États-Unis depuis février 2017 via sa participation dans TravelCar, service d'autopartage aux aéroports.
 
Entamer ce retour par Seattle est logique dans la mesure où la grande ville du "Pacific Northwest" veut limiter la circulation automobile à son niveau actuel, et est réceptive aux offres de nouvelles mobilités, a confirmé Larry Dominique.
 
Le retour de PSA aux Etats-Unis avait été annoncé en avril 2016 dans son plan stratégique Push to Pass. Le constructeur veut dérouler un plan à dix ans qui, s'il est concluant, aboutira à la distribution commerciale de ses véhicules outre-Atlantique.

Ce moment n'est pas encore arrivé, a souligné Larry Dominique, même si PSA a commencé à penser ses futurs véhicules pour répondre aux spécificités réglementaires et aux attentes du marché nord-américain.

PSA, dont les marques sont peu connues sur place, espère "entrer en avec des millions de clients au quotidien avant de lancer vraiment des voitures" en Amérique du Nord, a expliqué Larry Dominique.
 
F.G (avec AFP)