"Le 11 octobre 2017, la France a présenté devant l'ONU le rapport du BEA-TT sur l'accident de Puisseguin", a annoncé la ministre des Transports Elisabeth Borne, lors du congrès de la FNTV. "Un groupe de travail", va plancher sur l'évolution des normes de fabrications des autocars au niveau mondial en tenant comptes “des recommandations formulées par le BEA-TT sur la tenue au feu et l'évacuation des passagers“.

Cette démarche est une conséquence attendue des recommandations émises, en août 2017, par le  BEA-TT dans son rapport publié sur le tragique accident de Puisseguin. Quarante-trois personnes avaient péri dans l'incendie d'un autocar le 23 octobre 2015. Pour éviter qu'une telle tragédie se reproduise, l’inflammabilité de certains matériaux et l'évacuation des passagers sont notamment à revoir.

L'organisme a formulé différentes recommandations en direction de différents acteurs dont le gouvernement. Celui-ci est tenu dans un délai de quelques semaines consécutives à la publication, d'apporter une réponse aux recommandations le concernant.

D'où cette démarche auprès de l'ONU, une action au seul niveau national n'aurait pas de sens. Seule certitude, la filière industrielle de l'autocar, des constructeurs mais aussi certains sous-traitants doivent s'attendre dans les prochaines années à devoir modifier certains process.

Marc Fressoz