"La question du covoiturage sur les trajets domicile-travail est revenue à plusieurs reprises, lors de consultations citoyennes, de la part d’utilisateurs du réseau TAO ou de salariés d’entreprises de la métropole. Il y a une vraie demande à laquelle, en tant qu’autorité organisatrice de la mobilité, nous nous devions de répondre", explique David Thibergen, vice-président d’Orléans Métropole en charge des transports, dans un communiqué.

Ainsi, Orléans Métropole a décidé de financer pendant six mois les trajets domicile-travail effectués en covoiturage via WayzUp. L’autorité organisatrice indemnisera les conducteurs à hauteur de 0,10 euro/km/passager transporté, somme créditée directement sur l’application de la start-up. Orléans Métropole prendra en charge les trajets à partir du 6 novembre, dans une limite de  20.000 euros, soit 10.000 trajets de 20 kilomètres.

Concrètement, les passagers qui s’inscriront sur WayzUp et qui effectueront des trajets qui ont pour départ ou arrivée l’une des 22 communes d’Orléans et son agglomération, pourront réserver leur trajet en covoiturage gratuitement, dans la limite de deux trajets par jour de maximum 40 kilomètres chacun. À titre d’exemple, un conducteur pourra recevoir 100 euros par mois s’il covoiture tous les jours avec un passager sur une distance de 25 kilomètres aller et retour.

Du covoiturage dans son passe transport

Parallèlement, la carte d’abonnement au réseau TAO, JVMalin, rejoint l’opération WayzUp nationale de gratuité des covoiturages pour les détenteurs de passes transport public, à l’instar de Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Lille, Nantes, Rennes et Grenoble. Tous les détenteurs de la carte pourront donc utiliser le réseau TAO de bus et tram et le réseau de covoiturage WayzUp en complémentarité, dans une approche multimodale et sans surcoût pour l’usager.

Avec cette opération, la start-up incite les autorités organisatrices à intégrer le covoiturage aux modes de financement et à terme à la billettique du transport public. "Le covoiturage, même subventionné, permet de transporter des passagers à un coût très inférieur au transport encommun classique. Il va ainsi permettre aux collectivités d’étendre leur réseau et d’apporter un meilleur service à leurs administrés, tout en optimisant leurs dépenses", explique Julien Honnart, président et fondateur de WayzUp dans un communiqué. Un modèle de cofinancement public défendu par la start-up notamment  dans le cadre des assises de la mobilité.

F.G.