La Ville ne peut accepter un envahissement de l’espace public par du stationnement irrespectueux ou l’abandon de vélos sur la voie publique, ont expliqué Christophe Najdovski, en charge des transports, et Jean-Louis Missika, chargé de l'urbanisme à la mairie de Paris lors de leur rencontre avec les opérateurs de flottes de vélos en free-floating – Gobee.bike, oBike, ofo, Indigo Wheel.

Un code de bonne conduite à écrire
 
"Les opérateurs doivent agir comme des acteurs responsables en mettant en place les moyens nécessaires pour entretenir et réguler leur service, a précisé Christophe Najddovski. La Ville souhaite ainsi travailler avec l’ensemble des acteurs mobilisés afin de fixer des engagements à respecter en termes de qualité de service et de critères de performance, par exemple avec un code de bonne conduite.
 
Le directeur général d'oBike, Alban Sayag, explique, dans un communiqué que les opérateurs devront remettre un premier jet de ce code de bonne conduite d'ici à trois semaines et qu'il a sollicité la participation de la Féfération française des usagrs de la bicyclette (FUB) à la rédaction de ce texte.

Une redevance à l'étude
 
La Ville de Paris compte également utiliser des moyens juridiques et réglementaires, permettant de mieux encadrer l’arrivée d’entreprises de free-floating sur le sol parisien et ainsi de protéger l’espace public et le paysage urbain. La mise en place d’une redevance pour occupation commerciale de l’espace public est ainsi actuellement à l’étude.

Au cours de cet entretien, oBike a demandé l'aide de la mairie de Paris pour développer le nombre de places de parking et l'aide des agents publics pour encadrer le bon usage de ses vélos.

Un cadre juridique adapté
 
Enfin, la Ville proposera au gouvernement que la future loi d’orientation sur les mobilités définisse un cadre juridique adapté à ce nouveau type de service, avec l’instauration d’une licence d’exploitation pour les opérateurs.
 
OBike  se dit prêt à participer à la définitin d'un éventuel cadre réglementaire, mais prévient : "Si cadre de régulation il y a, il ne droit pas entraver le développement du vélo en free-floating".
 
F.G.