Quand certains bus du bordelais carburent au marc de raisin, on aurait pu imaginer que ceux de Londres fonctionnent au thé. Erreur, depuis le 20 novembre 2017, ils circulent avec du gazole intégrant du résidu de marc de café.

L’expérience encouragée par l’autorité organisatrice Transport For London trouve son origine il y a quelques années lorsque la start-up bio-bean a l’idée de recycler du marc de café récupérée dans la ville (200.000 tonnes produites par an).

En fait, pour produire le biocomposant qui entre dans la composition du biocarburant utilisé par les bus de Londres, le marc est séché et traité avant d'en extraire de l'huile de café. La start-up a reçu le soutien financier et technique du groupe pétrolier anglo-néerlandais Shell.

Bio-bean indique avoir pu déjà "fabriquer 6.000 litres de biocarburant qui ont été intégrés à la chaîne d’approvisionnement en carburant de certains bus de Londres sans qu’aucune modification technique ne soit nécessaire".

Reste à savoir si ce biocarburant se répandra comme une trainée de poudre dans les grandes agglomérations consommatrices de café.

MF