Le projet devait être présenté dans la journée aux représentants du personnel réunis en comité de groupe, ont indiqué à l'AFP trois syndicats. Jusqu'à présent, l'activité de bus électriques était développée par la filiale NTL (New Translohr), spécialisée dans les tramways sur pneus.

Détenue à 51% par Alstom et à 49% par BPI France, NTL est basée à Duppigheim (Alsace) et emploie environ 200 personnes. NTL va être séparée en deux sociétés, l'une filiale à 100% d'Alstom pour l'activité bus électrique, l'autre gardant les activités de tram sur pneu avec le co-actionnaire BPI France.

L'objectif de cette opération est "d'attirer les investisseurs" sur l'activité bus où "les perspectives commerciales sont plus séduisantes", a expliqué à l'AFP Claude Mandart (CFE-CGC). Selon le représentant syndical, la filiale bus comptera 90 salariés, l'autre 100. "Le but est de trouver des partenaires financiers", a confirmé Philippe Pillot (FO).

Les deux syndicats font part de leur "inquiétude pour ceux qui restent" dans la partie tram sur pneus, qui n'a "pas grand chose" comme perspective.
 
AFP