L’État, la Région Grand Est et SNCF Réseau s’engagent sur un important programme de renouvellement et de modernisation des voies ferrées du Grand Est. Cette opération vise à préserver des liaisons essentielles pour l’aménagement du territoire et la connexion des villes moyennes.
 
Par exemple, des travaux urgents sur la ligne Molsheim-Saales-Saint-Dié-des-Vosges relèvent notamment de cette convention de financement. Ils permettront le retour d’une desserte ferroviaire efficace entre Saales et Saint-Dié-des-Vosges, dès septembre 2018.
 
En Grand Est, 65 millions d’euros de travaux sont ainsi prévus sur six lignes ferroviaires à régénérer d’urgence dans le cadre du contrat de plan État-Région 2015-2020 :
- 35 millions d’euros investis par la Région Grand Est ;
- 20,7 millions d’euros par l’État ;
- 9,3 millions d’euros par SNCF Réseau.
 
Ce plan de sauvegarde s’inscrit notamment en cohérence avec les engagements pris dans le cadre du Pacte pour la ruralité, à savoir développer et relier tous les territoires de la Région entre eux.

Une première phase lancée
 
Dans ce cadre, les partenaires ont signé la convention relative au financement de la première phase des études et des travaux de remise à niveau des lignes ferroviaires pour les années 2017 et 2018, dans un souci de rétablir et de préserver la qualité de service pour les trajets quotidiens.
 
Cette première convention correspond à un engagement financier de plus de 23,6 millions d’euros, dont 19,9 millions d’euros apportés par la Région, 3,4 millions d’euros par SNCF Réseau et 345 000 euros par l’État.
 
Dès 2016, d’un commun accord avec la région Grand Est et l’État, SNCF Réseau a lancé les études préliminaires pour l’ensemble des six lignes bénéficiant de ce programme d’intervention, ainsi que les études d’avant-projet pour la ligne Molsheim-Saint-Dié-des-Vosges (section Saales-Saint-Dié) :
- ligne Reims-Fismes ;
- ligne Colmar-Metzeral ;
- section Sarreguemines-Béning sur la ligne Metz-Sarreguemines ;
- section Port-Saint-Vincent-Mirecourt sur la ligne Nancy-Merrey ;
- section Verdun-Conflans sur la ligne Metz-Verdun ;
- section Molsheim-Saint-Dié sur la ligne Strasbourg-Saint-Dié.

Près de 50% pour le ferroviaire
 
Le montant des investissements programmés en matière de mobilité dans les CPER 2015-2020, sur l’ensemble du Grand Est, représente près de 1,2 milliard d’euros, dont 598 millions d’euros financés par l’État et 370 millions d’euros financés par la région Grand Est.

Dans cette enveloppe, près de 565 millions d’euros sont consacrés au ferroviaire avec un objectif de modernisation et de remise à niveau du réseau, ainsi que de création de capacités supplémentaires notamment en ce qui concerne les grands nœuds, en vue d’améliorer les déplacements quotidiens tout en veillant à assurer l’écoulement des trafics fret sur les principaux corridors.

F.G.