Opérée conjointement par la RATP et la SNCF, le RER A traverse la région parisienne d'Est en Ouest et est la ligne ferroviaire la plus chargée d'Europe, avec plus de un million de voyageurs par jour. Le moindre incident, comme une porte bloquée quelques secondes en gare, provoque des effets en cascade sur cette ligne. Dans son tronçon central, sous Paris, les trains se succèdent à 2 minutes d'intervalle aux heures de pointe.

Des conditions de circulation "beaucoup plus réalistes"

La refonte des horaires va conduire dans certains cas à une légère diminution des fréquences, compensée pour les voyageurs par une plus grande fiabilité des horaires annoncés. "Le pari que nous faisons" est d'avoir "des conditions de circulation qui seront beaucoup plus réalistes et permettront de respecter les temps de circulation qu'on affiche", a expliqué Cyril Condé, le directeur du RER à la RATP.

Sur la ligne desservant Cergy par exemple, la fréquence théorique des trains (RER A et ligne L du Transilien) passera à deux toutes les 12 minutes, au lieu de 10 minutes aujourd'hui, selon Île-de-France mobilités, l'agence régionale qui gère les transports. La réduction attendue des retards doit permettre d'améliorer la fréquence réellement constatée par les voyageurs, qui est pour l'instant de 13 minutes en moyenne, voire 20 minutes en pointe.

La ligne J nord du Transilien, qui partage aussi plusieurs gares avec la ligne A, dont Poissy, est également concernée par cette remise à plat des horaires.

Une gestion optimisée des colis suspects

La refonte des horaires s'accompagne d'autres mesures, comme le déploiement de nouvelles équipes cynophiles qui sont capables de lever le doute très rapidement en cas de sac ou valise abandonnée, le cauchemar récurrent des opérateurs de transport.

Repérer si un colis est suspect ou dangereux prend en général aujourd'hui jusqu'à 45 minutes, mais le délai peut descendre à entre 7 et 15 minutes avec des chiens, ont expliqué les responsables de la SNCF et de la RATP.

La refonte des horaires est favorisée par la mise en service actuellement de rames de plus grande capacité, qui permettent de transporter autant de voyageurs avec moins de trains.

AFP