La mesure était écrite noir sur blanc dans les conclusions du Grenelle de l’environnement. Le principe d’expérimenter les péages urbains avait été adopté par le Sénat dans l’examen du projet de loi du Grenelle 2.
Oui, mais les péages urbains, c’est très impopulaire en France et ça peut coûter beaucoup de voix aux élections. Alors, faut-il oui ou non, les garder dans le projet de loi Grenelle 2 qui sera discuté en séance plénière début mai 2010 ?  Après concertation intergouvernementale, Jean-Louis Borloo avait tranché une première fois : exit les péages urbains, ils ne figureront pas dans le projet de loi.

Réhabilitation

C’était sans compter sur le sénateur maire UMP des Alpes Maritimes, Louis Nègre, rapporteur du volet transport du Grenelle. Pugnace, le 1er vice-président du GART a réussi à convaincre, fin septembre 2009, ses collègues de la Haute Assemblée d’adopter un amendement réhabilitant le principe des péages urbains. Avec des garde-fous : seules les agglomérations de plus de 300 000 habitants (soit une douzaine en France), seront autorisés à les expérimenter, à condition que toutes les communes de l’agglomération soient d’accord.
Voté par le Sénat, le projet de loi Grenelle 2 autorisait donc les agglomérations volontaires à tenter l’expérience.  Mais la mesure continuant d’effrayer les élus, les péages urbains ont été retirés lors de l’examen de la loi en commission par l’Assemblée nationale.

Résurrection

Le feuilleton n’est pas terminé : un amendement en faveur des péages urbains pourrait être redéposé lors de l’examen du projet de loi en séance plénière à partir du 4 mai. Des pourparlers auraient eu lieu entre le Sénat et l’Assemblée, en amont de la commission mixte paritaire (7 députés et 7 sénateurs) qui aura lieu après le vote de la loi Grenelle 2 par les députés.
De ces échanges ; il est ressorti que « la possibilité d’expérimentation des péages urbains est recevable , a expliqué le député Serge Grouard à nos collègues de La Tribune (10 avril 2010). Une résurrection !
Retirés, réintroduits quatre fois, les péages urbains pourraient donc être autorisés en France.  Quel élu osera se jeter à l’eau ?