Parmi les mesures prises en conseil d'administration du Syndicat des transports d'Ile-de-France le 6 juillet 2011 (voir ci-dessous), celle d'accorder la gratuité aux jeunes Franciliens en insertion.

"Sont concernés les jeunes engagés dans un dispositif du service public régional de formation et d'insertion professionnelle : Avenir Jeunes, Programmes Compétences et Ecole de la Deuxième chance", précise le communiqué de l'autorité organistarice des transports présidé par le PS Jean-Paul Huchon.


L'UMP très critique

Cette mesure, financée à 100% par le conseil régional a suscité la réaction de l'opposition UMP qui a déploré que "seuls 10% des jeunes en insertion en bénéficient, contrairement aux promesses de campagne de Jean-Paul Huchon qui englobaient tous les jeunes suivis par les missions locales ().
"Seuls 17 300 jeunes sur les 170 000 effectivement suivis par les 76 missions locales d'Ile-de-France (selon les propres chiffres de la région) bénéficieront de cette mesure", souligne le groupe Majorité présidentielle dans un communiqué.

Les élus UMP n'ont donc pas pris part au vote et "demanderont jeudi (7 juillet 2011 ndlr), à l'occasion de la commission permanente (assemblée en formation restreinte, ndlr) du conseil régional, le renvoi en commission de ce rapport afin que l'exécutif régional revoie sa copie".


Plan vélo et bus hybrides

Le conseil d'administration du Stif  a également entériné le "plan vélo" qui prévoit d'expérimenter un système pour garer son vélo près des gares franciliennes dans un local fermé, avec un abonnement annuel de 20 euros directement chargé sur le pass Navigo.
Imaginé avec la SNCF, "Véligo" va se déployer à partir de l'été 2011: 16 garages à vélo , soit 758 places de stationnement au total vont être construits, le plus grand étant prévu à Chelles (Seine-et-Marne). A Saint-Quentin-en-Yvelines, il y aura 56 places et à Rambouillet (Yvelines) 40 places.

Le Stif lance une expérimentation de bus hybrides (moteurs thermiques et électriques) pour une durée de 6 à 12 mois et un coût de 1,4 million d'euros supporté à 50% par le Stif et à 50% par la RATP.


Une nouvelle ligne de tram

Enfin, le Stif a décidé à l'unanimité de lancer des études pour créer une nouvelle ligne de tramway dans les Hauts-de-Seine (92), entre Clamart et Antony. L'itinéraire reprendrait en partie celui de plusieurs lignes de bus,
traversant en 8,4 km et 12 stations les communes d'Antony, Châtenay-Malabry, le Plessy-Robinson et Clamart, soit un bassin de 160 000 habitants.

N.A