Cette action, qui fait suite à une journée de débrayage le 29 août 2011 et à deux autres au début de l'été (lire), s'inscrit dans le cadre d'un préavis de grève déposé par des organisations syndicales "du 27 août au 31 décembre", a indiqué Eric Gauthey, responsable marketing de T2C.

Pour rappel, les syndicats protestent contre la possible entrée, à hauteur de 20%, de la RATP au capital de la société d'économie mixte T2C, à l'actionnariat strictement local. Ils veulent "privilégier une gestion publique locale".


Décision en octobre

Le Syndicat mixte des transports clermontois (SMTC), l'autorité organisatrice a lancé un appel d'offres au début de l'été, et seule la RATP a déposé son offre le 24 août. Réponse en octobre.

Cette nouvelle journée de grève, qui s'annonce "très suivie", paralysera la ligne de tramway et les 21 lignes de bus, précise T2C dans un communiqué.
En revanche, les 5 lignes suburbaines ainsi que les services de transport à la demande seront assurés, a précisé la société.

Le maire reçoit l'intersyndicale

"Le mouvement étant susceptible de s'inscrire dans la durée, les perspectives de trafic, au-delà du vendredi 2 septembre, sont incertaines", souligne le communiqué.

Une intersyndicale (CGT, Unsa, CGC) devait être reçue le 2 septembre par le maire PS de Clermont-Ferrand, Serge Godard, en présence des vice-présidents de Clermont Communauté.
"Nous organiserons le même jour une assemblée générale pour informer les salariés, qui décideront de la suite à donner au mouvement", a déclaré un représentant de la CGT à l'AFP.

"De nombreuses collectivités se tournent maintenant vers une gestion totalement indépendante des grands groupes privés, de type SPL (Société publique locale NDLR), ou autre, pourquoi ne pas étudier sa faisabilité ?", s'interrogent Sud, Solidaire et le syndicat d'usagers Adut dans un communiqué.

Nathalie Arensonas