Déjà 1 800 abonnés avant même l'inauguration le 16 septembre, et 2 500 enregistrés à 18h. Comme pour rattraper une longue attente - le projet était dans les cartons depuis plus de cinq ans- V'Lille a démarréau quart de tour dans l'agglomération lilloise.  


"Les délais étaient extrêmement courts. Les premiers travaux de stations ont commencé seulement le 3 mai, a expliqué Martine Aubry, présidente de la communauté urbaine et maire de Lille, au discours d'inauguration. La ville met les bouchées doubles, puisqu'il s'agit non seulement de la mise en place du libre-service (VLS), mais aussi de location longue durée (VLD) à grande échelle.

Huit cents VLS sont accessibles dans 80 stations à Lille, La Madeleine et Mons-en-Barœuil. Parallèlement, 3 000 VLD sont mis en service. Ce n'est qu'un début : 300 VLS supplémentaires seront disponibles à fin octobre sur 30 stations supplémentaires, pour que les "déplacements deviennent de plus en plus des promenades", a ajouté la maire de Lille.

Deuxième flotte de vélos-libre service après Paris

Les V'Lille en libre-service coûtent 1,40 euros par jour, 7 euros par semaine, et 36 euros pour l'année, ou 24 euros pour les abonnés du réseau de transports en commun Transpole. La première demi-heure est gratuite,  la demi-heure supplémentaire est facturée 1 euro. En longue durée, les tarifs vont de de 5 euros pour un mois à 36 euros pour l'année avec réduction pour les abonnés Transpole. Sacoches, sièges bébés sont proposés à la location.

En 2012, sept autres communes seront concernées, et la métropole comptera 10 000 vélos en 2014 -2 000 VLS et 8 000 VLD - soit la deuxième flotte de France après Paris. En outre, 3 520 postes de stationnement pour les vélos personnels sont prévus, réparties sur 437 points connectés aux principaux arrêts du réseau de transport public Transpole. L’objectif revendiqué est de faire passer de 2 à 10% la part du vélo dans les déplacements à l’horizon 2020.

 

Made in Lille

"Nous voulions que V'Lille s'intègre complétement dans l'offre de transport public de la métropole dont il devient un maillon à part entière, précise Eric Quiquet, vice-président à la communauté urbaine chargé des transports. Il a fallu attendre le renouvellement de la délégation de service public à Keolis (l'exploitant du réseau de transports urbains Transpole, le 1er janvier 2011, pour obtenir la meilleure offre pour la collectivité", a indiqué l'élu. La Communauté urbaine doit verser 6,8 millions d'euros par an à Transpole pour ce service.

Particularité chère aux concepteurs, la fabrication des vélos est lilloise, assurée par Oxylane (Decathlon) à l'usine B'twin de Lille. Effia (filiale de Keolis) et la société d'insertion Mobilille sont chargés de la maintenance et de l’exploitation technique des V'Lille et des stations.

Eric Simon