A Caen, le réseau de bus a une bien meilleure image auprès de la population que le TVR, le tramway sur pneus guidé par un rail central développé par Bombardier, empêtré dans des problèmes techniques insolubles (voir article).
Une note de 12,5 sur 20 pour ce dernier alors qu'en général, dans les agglomérations dotées de lignes de transport en site propre, la note oscille entre 15 et 17.
Le réseau de bus de Caen, restructuré en 2009, obtient une meilleure note avec environ 14 sur 20. "Un fait unique en France", déplore Eric Véve président de Viacités, le syndicat mixte des transports en commun de Caen.

Une image dégradée et une fréquentation à la baisse : "Le tram est passé de 45 000 voyages/jour en 2009 à 40 000 en 2011". Pourtant, la demande de mobilité reste importante puisque sur le premier semestre 2011,  la clientèle globale du réseau a augmenté de 6%.

 
Deux ans de réflexion

Comment sortir de cette situation ? C'est la question que les élus caennais se posent depuis quelques années. "Nous avons pris le temps de la réflexion pour construire un projet global de mobilité durable. Nous avons fait réaliser des études à la fois sur l'avenir de la ligne 1 mais aussi sur la construction d'une seconde ligne, l'évolution du réseau de bus, l'intégration des modes doux et nous avons mené un audit sur les capacités de financement de l'agglomération", explique Eric Vève.

Résultat de ces cogitations, un "Projet global de mobilité durable" qui sera proposé aux élus de l'agglomération et qui devrait aboutir à des décisions d'ici quelques semaines et « en tout état de cause avant la fin de l'année".

 
Une seconde ligne Est-Ouest


Parmi les décisions attendues, la construction d'une seconde ligne de transport en site propre et l'avenir de la ligne de TVR. Sur le premier point, l'idée est acquise. Aujourd'hui, nous savons que nous devrons mettre en service une seconde ligne forte selon un axe Est Ouest avec un Y à l'Ouest. Cette ligne sera importante pour desservir de nouveaux quartiers et notamment celui de la presqu'île qui sera un des futurs grands quartiers de Caen dans les années qui viennent".

Cette ligne devrait voir le jour en 2018. Reste à choisir le mode et le type de matériel. "Nous avons élaboré une analyse multicritères pour nous aider à faire notre choix. Nous n'excluons rien à ce stade". Il faudra donc choisir dans une palette allant du bus à haut niveau de service (BHNS) au tramway ferré.

 
La fin annoncée du TVR


Seconde décision attendue, l'avenir du TVR inauguré à Caen en 2002. Un rapport du Conseil général du développement durable rendu public fin 2010, expliquait que le TVR (qui roule également à Nancy), était à bout de souffle et que sa durée de vie pourrait être prolongée de dix ans si l'on y mettait les moyens financiers.

En fait, Caen pourrait décider son remplacement plus tôt : "Nous prévoyons la seconde ligne pour 2018. C'est aussi l'année ou nous aurons terminé de rembourser les annuités d'emprunt de la ligne 1. Et comme les experts estiment qu'il faut environ 6 a 7 ans pour remplacer le TVR par un autre mode". Un autre mode qui, compte tenu du potentiel de trafic de la ligne, estimé à 60 000 voyages/jour en 2018, devrait être un tramway ferré ou le tramway sur pneus du constructeur alsacien Lohr.

"A ce stade, je n'ai pas de préférence mais les deux choix que nous avons à faire sont intimement liés". Réponse attendue d'ici à l'automne 2011.

 
Robert Viennet