Entre le transport à la demande et la navette aéroport type SuperShuttle,  voici le bus à la demande. Deux ingénieurs diplômés de l'école Polytechnique, Grégoire Bonnat et Ziad Khoury, ont lancé, fin avril 2016, le service Padam Daily. Ici, ce n'est pas l'usager qui s'adapte à l'offre de transport, mais l'inverse.

Le concept ? Un minibus de 8 places passagers assure les trajets domicile-travail en fonction de la demande avec la promesse d'un itinéraire sans correspondances et avec un minimum de détours. Le concept n'est pas nouveau : Chariot et Bridj aux États-Unis ; Shuttl (sans "e") en Inde, par exemple, fonctionnent sur le même principe.
 
Comment optimiser les trajets ? "Les itinéraires se construisent au fur et à mesure. Un algorithme calcule en temps réel l'impact de la prise en charge d'un nouveau passager pour savoir si le détour permet de rester dans le délai maximal garanti", explique Grégoire Bonnat, co-fondateur et président. Ainsi, sur un trajet direct de 30 minutes, l'outil autorise un rallongement du trajet de 15 minutes maximum. Padam Daily a travaillé avec un thésard et un laboratoire d'optimisation pour mettre au point cet algorithme.

Une clientèle plutôt féminine
 
Le service est l'aboutissement de deux ans de réflexion sur la manière dont le numérique transforme l'usage des transports. "Notre promesse est d'offrir un transport à taille humaine, confortable, avec WiFi à bord et conduit par un chauffeur professionnel", souligne Grégoire Bonnat. Les passagers peuvent donc travailler ou se reposer. Padam Daily cible les CSP+, la tranche d'âge 30-35 ans à dominante féminine (2/3).

"Nous nous adressons à deux types de personnes : celles qui prennent aujourd'hui leur voiture pour aller travailler, et celles qui prennent les transports en commun. Nous leur offrons un service qui leur évite le stress des transports et de la conduite dans la circulation", explique Grégoire Bonnat.
 
Les chauffeurs sont des indépendants – capacitaires Loti ou VTC – qui disposent de leur propre véhicule. Padam Daily "fixe" les conducteurs sur plusieurs heures pour les trajets du matin (7h30-9h30) et du soir (18h00-20h00). Pas de souci de recrutement pour l'instant, les chauffeurs qui ont été "recrutés", sont déjà en activité et travaillent notamment pour des trajets aéroports et des prestations BtoB. 

Un démarrage dans l'Ouest
 
Actuellement, seul l'Ouest parisien est desservi avec les trajets Courbevoie/Neuilly/Levallois-Boulogne/Issy ou Paris 8e ;  Boulogne/Issy-Paris 8e ou La Défense. "Les prix sont connus à l'avance. Ils varient de 5 à 10 euros le trajet selon la distance. C'est trois fois moins cher qu'Uber ou un taxi", assure Grégoire Bonnat. Pour l'instant, seule la réservation au trajet est possible, mais les deux fondateurs réfléchissent à mettre en place un système d'abonnement mensuel qui pourrait avoisiner les 150-200 euros, "ce qui revient moins cher que l'usage d'une voiture, parking compris", selon Grégoire Bonnat.
 
Les premières routes ont été déterminées en fonction des données de flux domicile-travail recueillies notamment auprès de l'Insee, l'offre de transport existante et les sondages et pré-inscriptions réalisées sur le site. Les personnes intéressées par le concept peuvent proposer de nouvelles routes Padam Daily. "Nous sommes contraints pour l'instant de refuser certains trajets. Nous estimons qu'il faut au minimum une dizaine de personnes intéressées avant de mettre en place une route", précise Grégoire Bonnat.
 
A l'été 2015, Padam Daily a réalisé une première levée de fonds de 500 000 euros auprès de Setec, un bureau d'ingénierie et d'études. Actuellement, les deux fondateurs sont à la recherche de nouveaux investisseurs et sont en avec les grand groupes de transport public.

Florence Guernalec