Le lieu de la conférence de presse n’avait pas été choisi au hasard. Créée en 1837, la Gare Saint-Lazare, la plus ancienne de toutes, symbolise la stratégie de la filiale de la SNCF de rénovation des gares en des espaces de vie et commerciaux. "Aujourd’hui, notre défi est d’accélérer la transformation de nos gares et de passer de l’expérimentation à une industrialisation", a résumé Patrick Ropert, nouveau directeur de Gares & Connexions depuis octobre 2014. L’entreprise espère ainsi répondre aux attentes diverses des 10 millions de visiteurs par jour dans les 3000 gares SNCF – voyageurs, touristes, passants, chefs d’entreprise… "Nous devons penser à chaque client dans sa gare et à chaque gare dans sa ville", a expliqué Patrick Ropert. Ceux qui ne font que passer, ceux qui veulent optimiser leur temps ou ceux encore qui viennent s’y détendre…

Le filon des loyers

La SNCF est assise sur une mine d’or : 450 000 visiteurs par jour à la gare Saint-Lazare par exemple, soit autant de clients potentiels pour les magasins, contre 40 000 en moyenne dans un centre commercial. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires généré par les commerces présents dans plus de 400 villes représente 1 milliard d’euros et rapporte 170 millions à Gares & Connexions en loyers (1/3 de son chiffre d’affaires). L’objectif est de multiplier par deux ce chiffre d’ici à 2023.

L’entreprise investit la moitié de ses revenus dans la rénovation des gares, l’autre dans la baisse de la redevance d’usage de la gare payée par le transporteur (2/3 de son CA). Ainsi, plus les revenus issus des loyers augmentent, plus Gares & Connexions peut baisser les redevances. Par exemple, la part fixe dans la redevance s’élève à 77 euros à Saint-Lazare (tarif le moins cher) contre 498 euros à Austerlitz.

De la pédagogie avec le Stif

Des redevances qui font grincer des dents, en particulier le Stif qui avait saisi l’Araf sur les tarifs pratiqués par Gares & Connexions, ce dernier ayant fait appel de la décision de l’Araf. "Nous n’avons pas suffisamment partagé sur les chiffres, a indiqué Patrick Ropert. La transparence est importante pour la pédagogie. Nous avons proposé au Stif d’ouvrir nos comptes. Nous pensons que cela va permettre de pacifier les relations." Une politique de transparence que Patrick Ropert promet d’être totale puisqu’il annonce que Gares & Connexions mettra prochainement sur Internet leurs indicateurs de qualité et les rapports des 128 premières gares présentés dans les instances régionales de concertation.

Le commerce roi

Pour aller plus vite sur cette transformation des gares et de leur modèle économique, Gares & Connexions va s’appuyer sur deux leviers : l’accélération de la création de zones de vie au cœur des gares, et la création d’un nouveau secteur commercial. "En l’espace de quelques années, les gares sont passées de simples lieux de passages à de véritables espaces piétonniers, explique Patrick Ropert. D’ici cinq ans, le commerce en gares sera un des espaces de croissance majeur pour la plupart des marques en France." Une attractivité liée au flux considérable de visiteurs qui est accrue par les connexions avec les autres modes de transports et la mise en place d’une nouvelle offre destinée à répondre aux attentes des consommateurs et à mieux intégrer les gares dans la vie quotidienne.

Gares & Connexions a, ainsi, identifié plusieurs types de clients à adresser et trois types de magasins à proposer : les commerces de la vie quotidienne (alimentaire, presse, pharmacie..), les spécialisés (laboratoires médicaux, business centers…), et ceux qui participent à la vie du quartier (restaurants). Gares & Connexions travaille également sur un nouveau concept de magasins de proximité destiné aux "petites et moyennes" gares. Un seul magasin rassemblera les attentes du quotidien des voyageurs : presse, repas du soir, fournitures comme des piles ou des mouchoirs… Gares & Connexions a pour objectif d’ouvrir 45 magasins de ce type d’ici à fin 2015. Une carte de fidélité numérique sera lancée, en 2016, afin de récompenser ces clients des magasins en gare.

Des efforts de rénovation

Pour permettre le développement des magasins en gare, la filiale de la SNCF accélère les investissements de transformation de ses gares. En 2010, Gares & Connexions a investi 150 millions d’euros. En 2014, elle en dépensera 330 millions. Au total, l'entreprise a prévu une enveloppe de 2,2 milliards d'euros sur la période 2015-2020 pour rénover, notamment, les gares de Bordeaux, Rennes, Nantes, Lyon Part-Dieu puis suivront Montparnasse (150 millions) à partir de 2017, Paris Austerlitz, Gare du Nord, Gare de Lyon…

Une clientèle chouchoutée

Autre levier de sa stratégie, la transformation des gares en lieux de vie. Gares & Connexions va proposer davantage de services :
- la digitalisation des gares. Patrick Ropert annonce l’installation progressive du WiFi "de qualité" dans 50 gares à fin juin 2015 et 100 en septembre.
- le retrait des achats internet. Déjà 100 gares en Ile-de-France sont équipées de casiers automatiques, 200 de plus sont programmées en région à fin 2015.
- la location courte durée pour les derniers kilomètres. Gares & Connexions va développer son partenariat avec Wattmobile. Onze gares proposent des véhicules et scooters électriques, la gare Montparnasse sera ouverte fin avril, 20 gares seront concernées fin 2015.
- la création de bureaux pour les professionnels. Fin 2016, 30 gares proposeront des espaces pour des rendez-vous et réunions.

Inventer la gare de demain

Gares & Connexions va enrichir l’expérience des visiteurs en ouvrant davantage les gares à l’art. Le succès de l’animation des pianos en gare devrait aboutir à l’organisation de mini-concerts le premier mercredi du mois et à la tenue d’expositions à l’image de celle qui a lieu en ce moment sur David Bowie à Gare du Nord en même temps qu’à la Philarmonie de Paris.

Enfin, Gares & Connexions va travailler sur la gare de demain notamment via le lancement de débats participatifs avec Ouishare qui doivent servir à identifier les nouveaux services avec les visiteurs et les voisins du quartier.

La transformation de la Gare Saint-Lazare illustre ce que Gares & Connexion est en train de mettre en œuvre. Transformé en 2012 en une véritable galerie marchande, le lieu va continuer à évoluer, en particulier dans les étages. Trois nouvelles offres vont faire leur apparition en 2016 : un centre d’affaires de 2000 m2, un centre de sport et un nouveau restaurant qui pourra servir pour l’événementiel (séminaires, soirées…). Auparavant, deux kiosques de restauration verront le jour fin 2015 sur le parvis, mais aussi une brasserie du grand chef Alain Ducasse en 2017. Dès le 19 mars, une crèche d’une vingtaine de berceaux ouvre. Saint-Lazare va finir par couvrir tous les besoins de ses 450 000 visiteurs par jour.

Florence Guernalec