Ponctualité, information et prise en charge des voyageurs, confort et sûreté. Le directeur de SNCF Transilien, Alain Krakovitch, a annoncé une amélioration, en 2014, sur ces quatre fondamentaux qui correspondent à des attentes fortes des clients. Celui-ci a souligné que ces résultats avaient été obtenus à charges constantes (en euros constants). La SNCF a, notamment, réorganisé la maintenance en s’inspirant des bonnes pratiques de l’industrie. L’entreprise revendique, ainsi, une économie de plus de 10% sur ses charges de structure en deux ans qui a été réinvestie dans les mises en accessibilité des gares et davantage de présence humaine.

Un réseau prioritaire

Alain Krakovitch a présenté 2015 comme une année de visibilité dans la mutation de SNCF Transilien. Le groupe public annonce une année record pour les travaux de régénération du réseau (1,1 milliard), soit quatre fois plus qu’en 2011. "C’était absolument indispensable, notre réseau a vieilli", a souligné Alain Krakovitch. Cela concernera notamment des travaux lourds d’été sur les lignes A et C. Cette dernière bénéficiera d’un investissement de 1 milliard d’euros entre 2015 et 2020. Au total, SNCF Réseau prévoit de changer 135 kilomètres de rails (+50%) en 2015, 220 aiguillages contre 146 en 2014… 2015 verra également les premiers travaux d’extension du réseau : prolongement du RER E vers l’Ouest (Eole), Tram Express Nord-Tangentielle Nord mais aussi l’ouverture de la gare Rosa Parks (Paris) sur le RER E.

Des connexions plus rapides

Autre nouveauté 2015, la mise en œuvre du plan digital SNCF. Côté "tuyaux", la généralisation de la 3G et 4G est programmée. La priorité sera donnée à ligne C en raison de son fort trafic voyageurs. Côté contenu, l’appli SNCF sera enrichie pour coller davantage aux attentes des Franciliens avec des informations sur les travaux et les aléas de parcours. Enfin, la SNCF travaille, actuellement, avec Gemalto et Orange pour proposer le NFC en 2016. Il s’agira, notamment, de permettre l’achat de billets et de passer le contrôle avec son smartphone, mais aussi de proposer une offre porte à porte qui inclura le TGV, le TER, les cars urbains, l’autopartage, le parking…

Un travail en collaboration

Parmi les premières, les premiers résultats de la co-construction mise en place par la SNCF avec les élus et les associations d’usagers verront le jour : à partir du 13 décembre, la refonte de la grille horaire de la ligne L sud avec une remise à plat des horaires sur la L2 et une évolution de la desserte sur la ligne U devraient notamment conduire à améliorer la desserte depuis et vers La Défense.
Autre changement induit par la démarche, le développement d’espaces de coworking dans les gares, des services de conciergerie pour récupérer une commande passée sur internet, mais aussi un travail sur l’étalement des heures de pointe. La SNCF collabore avec une vingtaine de grandes entreprises de la Plaine Saint-Denis pour décaler les horaires. Un challenge sera organisé, en juin 2015, pour récompenser les salariés qui accepteront de se déplacer hors heures de pointe.

Tolérance zéro sur la fraude

2015 sera aussi marquée par la mise en place du passe Navigo unique au 1er septembre pour la plus grande délégation de service public (DSP) au monde (3 milliards d’euros de chiffre d’affaires). "La tolérance zéro sera la contrepartie de ce passe unique", a prévenu Alain Krakovitch. Ce dernier a annoncé une grande démarche sur ce sujet avec le Stif à partir du mois de septembre. Pour le reste, ce sera une plongée dans l'inconnu. En effet, le forfait toutes zones n’a jamais été mis en place ailleurs, SNCF Transilien n’a donc pas de visibilité sur les conséquences, en particulier sur le trafic alors que le réseau est déjà saturé.
Néanmoins, Alain Krakovitch "ne panique pas". Il est convaincu que les changements d’habitude – report modal de la voiture vers le train - ne se feront pas du jour au lendemain. Pourtant, il est le premier à souligner que le Transilien deviendra 5,5 fois moins cher que la voiture pour les Franciliens de l’actuelle zone 5, 11 fois moins cher si on prend en compte que le passe Navigo est remboursé à 50% par l’employeur…

Une saturation du réseau

A plus long terme, SNCF Transilien devra absorber le trafic provenant des nouvelles lignes de métro automatique du Grand Paris. "L’enjeu majeur porte sur les gares d’interconnexion. Il s'agit de fluidifier les échanges entre le train et le métro, en particulier Le Vert de Maisons à Maison-Alfort et les Ardoines à Vitry-sur-Seine", a souligné Alain Krakovitch.
En attendant, pour répondre à la saturation du réseau, SNCF Transilien remplace petit à petit les rames à un niveau par des rames à deux niveaux sur les lignes les plus fréquentées comme le RER A.
L’entreprise réfléchit également à une "reconception" de la ligne A et L3 pour optimiser le service. L’idée ne serait plus de parcourir la ligne de bout en bout. Mais les installations actuelles ne permettent pas en l'état de faire des retournements de trains.
Cette "exploitation révolutionnaire" selon Alain Krakovitch, sera, en revanche, mise en oeuvre sur la future ligne Eole avec un tronçon de Mantes à Rosa Parks à Paris (19e) et un autre de Tournan à Nanterre. Le nouveau système d’exploitation des trains, NExTEO, qui sera mis en place sur la ligne E, doit également permettre d’augmenter la fréquence des trains.

SNCF Transilien devrait voir le bout du tunnel en 202...

Florence Guernalec