Fort du succès de ses lignes éphémères vers les stations de ski des Alpes, OUIBUS va proposer cet été des lignes saisonnières vers la Provence, la côte Atlantique, la Normandie, la Bretagne, le Nord-Pas-de-Calais ou encore le Midi. Ce sont au total, 15 nouvelles destinations et 41 liaisons qui seront disponibles du 24 juin au 4 septembre 2016. Les réservations sont d'ores et déjà ouvertes depuis le 3 mai sur son site internet et l'ensemble de son réseau de distribution.
 
Le détail des nouvelles liaisons :
  • 14 liaisons depuis Paris : Arcachon, Bayonne, Biarritz, Montpellier, Cap d'Agde, Avignon, Valence, Calais, Deauville, Saint Malo, Guérande, La Baule, La Rochelle et Royan ;
  • 17 liaisons dans le Sud-Est : par exemple de Lyon à Avignon, à Fréjus et au Cap d’Agde ; de Marseille à Perpignan, au Barcarès, à Nîmes et à Avignon ;
  • 8 liaisons dans l’Ouest et le Sud-Ouest : du Mans et d’Angers vers Guérande et La Baule ; de Tours vers La Rochelle et Royan ; de Bordeaux vers Bayonne et Biarritz ;
  • 2 liaisons dans le Nord : de Lille à Calais et au Parc Astérix
 
OUIBUS propose des tarifs très attractifs sur une sélections de trajets :
- à partir de 5 euros pour Valence-Avignon ou Lille-Calais, par exemple ;
- à partir de 9 euros pour Paris-Deauville, Bordeaux-Bayonne, Aix-Montpellier ou Tours-Royan ;
- à partir de 17 euros pour Lyon-Fréjus ou Paris-Saint Malo ;
- à partir de 19  euros pour Paris-La Rochelle ou Aix-Le Barcarès, etc.
 
OUIBUS précise que ces billets ne sont pas remboursables, mais échangeables – avec frais – au plus tard 30 minutes avant l'horaire de départ du bus.

Onze villes d'Europe ajoutées
 
Par ailleurs, le réseau OUIBUS va s’étendre pendant l’été à 11 villes d’Europe et 59 villes de France, "les grandes métropoles mais aussi de plus en plus de villes de taille moyenne bénéficient ainsi de plus de mobilité et plus d’attractivité touristique", déclare Roland de Barbentane, directeur général deOUIBUS dans un communiqué.
 
Enfin, la nouvelle application OUIBUS permet aux voyageurs de réserver leur billet jusqu'à la dernière minute et de le stocker sur leur smartphone.

Florence Guernalec