"Ces travaux, c'est une bonne nouvelle", a déclaré Alain Krakovitch lors de la conférence de presse consacrée aux travaux d'été en Île-de-France. Même si le directeur de SNCF Transilien a reconnu que c'était aussi "une souffrance" pour les voyageurs. Mais une souffrance indispensable pour améliorer la ponctualité des lignes. "30% des irrégularités sont liées au vieillissement du réseau", a souligné Alain Krakovitch.
 
Une centaine de chantiers sont programmés cet été pour moderniser le réseau francilien de la RATP et de la SNCF. Pour accélérer sa régénération, plusieurs tronçons de lignes et des stations seront, comme en 2015, fermés. Parmi les chantiers majeurs programmés figurent encore le RER A et le RER C (voir encadré ci-dessous) ainsi que des chantiers qualifiés de "spectaculaire" sur les lignes D et H du Transilien avec un renouvellement massif des aiguillages. Mais le plus grand chantier d'Île-de-France en 2016 a lieu sur la ligne N entre les gares de Plaisir-Grignon et Dreux. Sept mois de travaux seront nécessaires pour remplacer 55 kilomètres de voies.
 
Les techniques s'industrialisent 
 
La SNCF a notamment insisté sur l'investissement dans des engins industriels qui lui permettent de massifier les travaux, et, en particulier, de régénérer 55 kilomètres de voies en trois mois, soit autant que pour toute l'année 2015. Pour y parvenir, la SNCF a recours à un "train usine" qui permet de renouveler jusqu'à 1 kilomètre de voie par nuit (pour 5 heures de travail) contre 100 à 150 mètres avec des moyens classiques.
 
La SNCF va également utiliser un train grue et des wagons pupitres qui permettent de remplacer un à deux aiguillages en un week-end contre une semaine auparavant. Avec cette méthode, les aiguillages sont assemblés en amont et non plus sur le chantier. Le train grue peut soulever jusqu'à 40 tonnes avec son bras télescopique.
 
L'info en temps réel privilégiée
 
Enfin, la SNCF utilise, pour la première fois, la technique de soudure électrique des voies d'ETF qui permet de remplacer 200 mètres de voies à l'heure, soit 600 à 800 mètres en trois-quatre heures. De plus, "la fiabilité des soudures est multipliée par dix", a assuré Stéphane Chapiron, responsable de la maintenance et des travaux à SNCF Réseau.
 
Cette année, la SNCF met en place la géolocalisation des bus de substitution (une quarantaine de transporteurs mobilisés). Les chauffeurs auront à leur disposition un smartphone professionnel équipé d'une application de géolocalisation qui permettra un suivi en temps réel des bus. Les agents en gare disposeront d'une application leur permettant d'informer les voyageurs des éventuels retards.
 
Un rattrapage qui coûte
 
La SNCF va investir plus de 600 millions d'euros en 2016 pour la régénération du réseau francilien contre 300 millions seulement quatre ans plus tôt. Au total, 1,3 milliard sera investi cette année dont la moitié pour le développement du réseau. De son côté, la RATP a prévu d'investir au total 1,6 milliard pour la modernisation et l'entretien d'une infrastructure qu'elle exploite et qui lui appartient. Après plusieurs années de sous-investissement sur le réseau francilien, on l'aura compris la SNCF et la RATP mettent aujourd'hui le paquet et tiennent à le faire savoir.
 
Florence Guernalec
 
 
Le RER A
 
Pour la deuxième année, le
sera fermé entre le 23 juillet et le 21 août 2016. La RATP s'attaque au renouvellement voie ballast (RVB) entre la Défense et Nation. Il est prévu de remplacer 4,3 kilomètres de voies. Quatre cents personnes seront mobilisées 7jours/7 et 24 heure/24. La RATP en profitera pour réaliser des travaux complémentaires sur les aiguillages à la Défense, sur les infiltrations dans le tunnel et la rénovation des quais. Un chantier de sept ans démarré en 2015 qui nécessitera 100 millions d'euros d'investissement et 30 millions d'euros de dépenses de fonctionnement.

Pendant cette période, la RATP a prévu de renforcer la fréquence de huit lignes de métro dont la ligne 1, les trams T2 et T3a et les lignes de bus 43, 63, 73 et 275. En outre, des navettes de remplacement circuleront entre La Défense et Étoile du lundi au vendredi aux heures de pointe. 
 
Comme l'année dernière, la RATP a également prévu de mettre en place un mode de transport complémentaire. L'entreprise propose une offre de taxi G7 avec un numéro d'appel prioritaire, et une réduction de 15% durant la période sur tous les courses réservées pour un taxi partagé WeCab.
 
La régie a commencé à communiquer en direction des voyageurs dès le mois de février afin que ceux-ci puissent anticiper leurs trajets. Elle a notamment mis au point un simulateur de déplacements sur le site ratp.fr afin que les usagers puissent connaître les trajets alternatifs à leur disposition. Durant la période de fermeture, plus de 1000 agents seront mobilisés pour informer et accompagner les voyageurs.
 
Le RER C
 
Il s'agit de la suite des travaux Castor démarrés voici 20 ans. Du 16 juillet au 27 août, le RER C sera fermé entre Paris Austerlitz et Avenue Henri Martin. Au total, ce sont 300 personnes qui vont être mobilisées 7 jours/7 et 24 heures/24. Au programme, la rénovation des tunnels construits en 1899, en particulier les fondations fragilisées par les variations du niveau de la Seine. Pour y parvenir, la SNCF va utiliser la technique du jet grouting qui consiste à perforer le sol pour y injecter un mélange de ciment et d'eau.
 
La fréquence de la ligne 10 du métro et du bus 63 seront renforcées durant la période des travaux sur la ligne C. Des navettes seront également mises en place.
 
La SNCF a prêté une attention particulière à l'information voyageurs avec la distribution de 60 000 guides pratiques, plus de 57 000 flyers et autant distribués à l'intention des touristes, mais aussi un minisite dédié, un blog et le compte Twitter de la ligne C. Une nouvelle appli mobile Immersion ligne C va utiliser la technologie de réalité virtuelle pour simuler les futurs déplacements dans les trois gares origine/terminus et localiser les trajets alternatifs ainsi que les moyens de substitution au départ de ces gares. Près de 1000 gilets rouges seront déployés dans les gares pour informer et orienter vers les bus et autres modes de substitution.

La SNCF va relancer l'offre spéciale iDVROOM, son site de covoiturage courte distance. Gratuite pour ceux qui choisiront de faire du covoiturage, les covoitureurs seront rémunérés par la SNCF.