Le système de radiocommunications GSM-Rail, qui remplace le système analogique radio sol-train,  permet d’améliorer les communications entre, d’un côté, les conducteurs ou personnels à bord des trains et, de l’autre, les régulateurs de trafic dans les postes d’aiguillage.
 
Cette technologie garantit une qualité proche de celle des communications de téléphonie mobile grand public. Elle assure, en outre, les échanges de données de signalisation entre les trains et les postes de régulation. En cas d’aléa, le GSM-Rail permet ainsi de fluidifier le trafic ferroviaire, tout en contribuant à l’amélioration de la sécurité sur le réseau.
 
Ce système s’inscrit dans la construction d’une Europe ferroviaire, puisqu’il s’agit d’un système de communication standardisé et harmonisé dans les réseaux européens. En France, le système est actuellement exploité sur plus de 8.000 km de lignes ferroviaires et sera progressivement étendu aux 8 000 km de lignes restants.
 
Un investissement de 1,5 milliard d’euros
 
Ce déploiement résulte d’un partenariat public-privé attribué en 2010 par SNCF Réseau à SYNERAIL, société détenue par SFR (30%), VINCI Concessions (25 %) et VINCI Energies (5%), ARDIAN Infrastructure (30%) et TDF (10%).
 
Représentant un investissement total de 1,5 milliard d’euros, le contrat de partenariat porte sur le
financement, la construction (sur 11.500 km), l’exploitation et la maintenance (sur près de 16.000 km) du système GSM-Rail pour une durée de quinze ans.
 
La société SYNERAIL Exploitation, détenue à 60% par SFR et à 40% par VINCI Energies, est chargée de l’exploitation et de la maintenance du réseau jusqu’en 2025.
 
Hadrien Baer

 
SYNERAIL a équipé 11.500 km de lignes, soit :
- 1.900 pylônes de radiocommunications
- 400 tunnels
- 1.684 km de fibre optique
- 400 personnes mobilisées pour les travaux