Efforts sur le réseau ferroviaire ; adaptation de Mobilités à la conjoncture et à l’arrivée de la concurrence ; et fonte des effectifs de l’EPIC de tête que Guillaume Pepy avait surchargé lors de sa mise en place : telles sont les grandes orientations que traduit le projet de budget du groupe public ferroviaire pour l’année prochaine.

Au total, la SNCF prévoit de supprimer entre 1140 et 1230 postes en 2017, soit 0,8% des effectifs, en ne remplaçant pas tous les départs à la retraite. Ces prévisions étaient discutées avec les organisations syndicales le 14 décembre 2016 lors du comité central du groupe public ferroviaire (CCGPF). Elles seront ensuite discutées en conseil d’administration vendredi 16 décembre.

Il y aurait entre 277 et 285 suppressions au sein de l'établissement public qui chapeaute les deux EPIC, SNCF Réseau et SNCF mobilités, selon des chiffres annoncés en comité et révélés à l'AFP.  Selon nos informations ,les effectifs de l’EPIC de tête SNCF passeraient de 8977 en 2016 à 8700 postes en 2017.

1215 postes supprimés chez SNCF mobilités

Mais dans l’absolu, c’est SNCF Mobilités qui est la plus touchée avec 1215 postes supprimés, selon les chiffres annoncés pendant le CCGPF. Les effectifs tomberaient, selon nos informations, de 84.992 à 83.777 postes.
 
Ce reflux traduit la crise traversée en 2016 par les activités ferroviaires, forcément très pénalisées par les grèves d’avant l’été menées par la CGT et Sud-rail contre la loi El Khomri et contre le nouveau cadre social ferroviaire. Le trafic fret (-10% en tonne-kilomètre) a, en outre, été touché par la très mauvaise récolte céréalière. L’an prochain, les effectifs de Fret SNCF devraient baisser de 7%.
 
Au total, le chiffre d'affaires de Mobilités a été de 474 millions d'euros en dessous du budget initial (-3,1%), selon l'AFP.

Outre la conjoncture, des tendances de fond et la nécessité pour la SNCF de faire des économies et des efforts de productivité expliquent la diminution des effectifs de cet EPIC, qui touchera notamment les guichetiers. Franck Lacroix, le directeur du TER, n’avait pas caché voici plusieurs mois la nécessité pour la SNCF de maîtriser ses coûts pour améliorer les rapports avec les Régions alors que l’arrivée de la concurrence est une perspective qui se profile.

Un seul gagnant SNCF réseau
 
Le seul gagnant de ce projet de budget de crise est finalement SNCF Réseau comme le laissait entendre son PDG Patrick Jeantet dans une interview  à MobiliCités. Ses effectifs doivent passer de 53.617 à 53.967 personnes. AInsi, 2600 embauches étaient prévues, mais compte tenu des départs en retraite, la hausse nette est de 270 emplois. Mais cette hausse, ne compensera pas totalement l’augmentation des moyens.
 
Au total, ce sont donc entre 1140 et 1230 départs en retraite qui ne seront pas remplacés en 2017. Cependant, les syndicats redoutent que vendredi en conseil d'administration l'État ne fasse comme l'an dernier : il pourrait demander à la SNCF de réduire davantage ses effectifs.

L'an  dernier, le projet de budget 2016 avait programmé 1400 suppressions de postes (-1%). Depuis 2003, plus de 26000 départs n'ont pas été remplacés à la SNCF.
 
Marc Fressoz avec AFP