C'est une offre destinée à prendre des parts de marché au covoiturage et à remplir ses trains. "TGVmax revient moins cher qu'un aller-retour Paris-Marseille en covoiturage", a ainsi résumé la dg de SNCF Voyages, Rachel Picard. La compagnie lance, le 25 janvier 2017, une offre illimitée à 79 euros par mois réservée aux 16-27 ans valable dans tous les TGV (hors Ouigo et iDTGV) et Intercités (à réservation obligatoire). L'abonné pourra consulter sur le site de Voyages-SNCF.com et les agences en ligne agréées participantes, tous les trains disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, pour seulement 6 euros de plus que la passe Navigo qui permet de se déplacer dans toute l'Île-de-France, les jeunes pourront voyager dans la France entière en seconde classe. L'abonnement est valable tous les jours (y compris les jours de grand départ), pour toutes les destinations en France et 94% des trains, "seuls les trains de très forte affluence, très prisés par les professionnels, ne sont pas ouverts", précise la SNCF dans son communiqué. Evidemment il n'y aura plus forcément de places disponibles dans le train choisi.
 
Par ailleurs, la SNCF a posé quelques restrictions : l'abonnement est limité à un trajet par jour maximum par abonné au départ de la même ville, et de six réservations simultanées maximum par abonné. Les réservations sont ouvertes 30 jours à l'avance contre trois mois aujourd'hui. L'abonné TGVmax s'engage pour une durée initiale d'un an, même s'il peut résilier son abonnement au bout de trois mois contre le prélèvement de 15 euros pour frais de dossier.
 
Avec l'arrivée de cette offre illimitée, l'expérimentation
iDTGVMAX, qui était réservée à 10 000 voyageurs, prendra fin dans les mois qui viennent, la carte jeunes subsiste mais la SNCF incitera ses détenteurs à passer à l'abonnement TGVmax en leur remboursant leur carte.
 
Des millennials à "fort" pouvoir d'achat
 
Aujourd'hui, cette tranche d'âge (20% de la population française) ultramobile représente 20 millions de voyages sur 100 millions par an. Insuffisant pour la SNCF. "Notre idée est de continuer à faire grossir le marché", a expliqué Rachel Picard. D'autant que la SNCF s'est aperçue que le budget loisir de ces millennials est trois plus élevé que celui des générations précédentes. Mais c'est "une clientèle volatile", a admis Rachel Picard. C'est pourquoi la SNCF compte bien la fidéliser par cette offre "imbattable", calquée sur les codes de cette génération : 100% digitale avec une immédiateté et une simplicité dans la réservation.
 
La SNCF est convaincue que l'illimité est la bonne réponse pour remplir ses trains. La compagnie s'appuie sur l'expérimentation iDTGVMAX lancée voici deux ans qui a démontré que les abonnés ont voyagé deux fois plus qu'avant. Rachel Picard en est convaincue : comme pour les forfaits illimités dans le mobile, la musique et le cinéma, TGVmax va transformer la façon de prendre le train, "il y aura un avant et un après"... pour les jeunes, du moins.
 
Un objectif d'abonnés secret
 
Les jeunes étant équipés à plus de 96% de smartphones, l'offre est 100% digitale et dématérialisée, que ce soit pour la souscription, la réservation, l'abonnement et le billet. Il suffit de fournir sa carte d'identité, une photo et ses coordonnées bancaires pour y souscrire. La mise en service est immédiate.
 
Et pour être sûr de démarrer fort, la SNCF offre le premier mois à 1 euro pour toute souscription à un abonnement TGVmax avant le 28 février 2017. La SNCF annonçait ainsi 10 000 abonnés à 18h00 dont 58% vivant en province. Néanmoins, Rachel Picard, qui a refusé de d'indiquer le nombre d'abonnés espérés, cherche officiellement à en capter "le maximum".
 
Florence Guernalec