Ils sont étudiants, designers, spécialistes du confort, entrepreneurs, clients, bloggeurs, influenceurs, experts SNCF. Leur mission ? Réinventer l'offre des trains de nuit. Partis de Paris pour Biarritz, les 80 participants de ce hackhaton ont voyagé de nuit afin de tester l'offre actuelle. Durant trente-six heures, ils ont planché sur les nouveaux espaces, les services et les destinations.
 
Dans la convention TET 2016-2020 signée en fin 2017, l'État a prévu de conserver uniquement deux lignes de nuit – Paris-Briançon et Paris-Rodez/Latour de Carol – à raison d'un aller-retour quotidien. Lors d'un point d'étape TET en février 2016, le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, avait justifié ce choix par l'absence "d'offre de mobilité alternative". 
 
L'exécutif s'est ainsi engagé à investir dans la rénovation du matériel roulant. Une rénovation qui doit être lancée, selon le directeur Intercités Jean Ghédira, d'ici à la fin de l'année 2017.

F.G.