L'amélioration de la fiabilité et la parade à une panne, ou encore la possibilité d'alléger la fatigue au volant sur de longs trajets figuraient parmi les préoccupations principales remontant de la communauté des utilisateurs de BlaBlaCar. Pour lever ces freins, le service de covoiturage a passé un partenariat avec l’assureur Axa.

"Le principe de cette couverture additionnelle est de permettre à ceux qui auraient une hésitation de ne plus en avoir, aussi bien au niveau conducteur que passagers", a résumé Frédéric Mazzella, président et fondateur de BlaBlaCar lors d'une conférence de presse.

Deux assurances gratuites

Ce partenariat propose ainsi deux services supplémentaires automatiques et gratuits. Le premier consiste en une garantie d'arrivée à destination même en cas de panne. Concrètement, le dépannage remorquage, le transport des personnes à destination ou de retour chez elle ou encore les frais d'hôtel seront pris en charge.

Le second service couvre le prêt du volant aux passagers. En cas de sinistre, la "sur-franchise" du contrat du conducteur, propriétaire du véhicule, sera remboursée (cas de clause de conducteur exclusive). Toutefois, le conducteur devra avoir son permis depuis au moins trois ans.

Les utilisateurs pourront joindre un numéro de téléphone géré par Axa. Ces nouveaux services seront d'abord offerts au Royaume-Uni et en France d'ici au début de l'été.

Un rôle de tiers de confiance

BlaBlaCar rappelle que les passagers en covoiturage sont déjà automatiquement couverts par l'assurance du conducteur, s'agissant d'une activité de partage de frais et non de génération de bénéfices. En clair, en cas d'accident, tous les passagers sont indemnisés par la responsabilité civile envers les tiers.

Avec ces deux nouveaux services, BlaBlaCar ajoute de nouvelles garanties aux covoitureurs comme aux covoiturés. La start-up, qui revendique 20 millions de membres dans 19 pays, doit déjà son succès à son statut de tiers de confiance : le pré-paiement en ligne qui a fait baisser le taux de désistement de 35% à moins de 4%, et son système de notation des conducteurs et des passagers qui permet de lever les craintes à prendre la route avec des inconnus.


Florence Guernalec (avec AFP)