"On se rend compte que l'on crée une demande et qu'il y a un appétit pour Blablacar qui est incroyable. Il faut accélérer cette croissance et on ne veut pas se retrouver contraints par manque de financements", a déclaré Nicolas Brusson, directeur général et co-fondateur de BlablaCar à l'AFP le 16 septembre 2015.
 
La start-up spécialisée dans le covoiturage longue distance a, ainsi, levé 200 millions de dollars auprès  des fonds d'investissement Insight Venture Partners et Lead Edge Capital avec la participation de Vostok New Ventures.  Un record pour une start-up française. BlaBlaCar entre ainsi dans le milieu fermé des "licornes", c'est-à-dire des start-up valorisées au-delà du milliard de dollars, en l'occurrence 1,6 milliard (1,4 milliard d'euros).
 
L'Amérique latine et l'Asie ciblées
 
L'objectif de cette levée de fonds ?  "Poursuivre la croissance exponentielle du covoiturage dans les pays où BlaBlaCar est déjà bien implanté, accompagner le décollage de la pratique dans les pays où la start-up française vient de se lancer et prolonger son expansion internationale à de nouveaux territoires", explique le communiqué.
 
Ainsi, Nicolas Brusson annonce l'ouverture du Brésil au mois de décembre 2015 avant de conquérir l'ensemble de l'Amérique latine, BlaBlaCar étant déjà présente au Mexique depuis avril 2015. L'année suivante, la start-up vise l'Asie. En ligne de mire, la Chine "même si c'est compliqué", le Japon, la Corée du Sud et l'Indonésie.
 
Le covoiturage pour tous
 
Autre phénomène, BlaBlaCar a réussi à démocratiser le covoiturage auprès de toutes les générations et CSP. La start-up annonce ainsi que la plus forte progression des inscrits est enregistrée parmi les quadragénaires, quinquagénaires et sexagénaires, tandis que l’âge moyen de ces nouveaux inscrits est passé de 29 ans en 2010 à 34 ans en 2015.
 
Avec plus de 20 millions de membres dans 19 pays, BlaBlaCar est utilisé par plus de 10 millions de personnes chaque trimestre. Même si l'entreprise n'est à ce jour toujours pas rentable, son chiffre d'affaires "double tous les ans depuis 2010". BlaBlaCar préfère continuer à investir rapidement pour maintenir son hypercroissance, avec notamment "huit acquisitions réalisée en trois ans" dont son concurrent allemand Carpooling.
 
Florence Guernalec (avec AFP)