Comment résoudre le problème de desserte des zones périurbaines ou rurales situées aux confins d'une agglomération à un coût raisonnable pour la collectivité ? C'est le casse-tête auquel sont confrontées de plus en plus d'agglomérations françaises. Avignon, qui est la 16e aire urbaine de France mais aussi la moins dense, va y répondre par une initiative originale imaginée par son opérateur de transport Transdev.

Entre Les Angles et Villeneuve, deux communes de l'agglomération, et Agroparc une technopole qui accueille plus de 1500 emplois, elle va créer deux lignes de covoiturage avec trajet et points d'arrêts clairement identifiés qui permettront aux automobilistes volontaires de partager leur trajet avec des étudiants et des salariés d'Agroparc.

Les conducteurs qui participeront à ce dispositif seront indemnisés (2 euros) à chaque trajet même effectué à vide et verront leur "rémunération" augmenter en fonction du nombre de passagers transportés (0,50 euro par passager). Pour les passagers, le coût sera équivalent au prix d'un ticket de bus soit 1,40 euro par trajet, mais jusqu'au 31 décembre 2016, ils bénéficieront d'une offre de lancement à 0,50 euro. A noter que les 50 premiers conducteurs inscrits se verront remettre un bon d'essence.

Covoitureurs et covoiturés sont mis en relation via une application mobile offrant une géolocalisation en temps réel des utilisateurs. Les conducteurs peuvent s'inscrire sur
à partir du 11 octobre 2016 et les passagers pourront télécharger l'appli le 24 octobre.

Ce système a été imaginé par Cityway, une filiale de Transdev sous le nom générique de Fleetme. Il a déjà été déployé à Beauvais depuis la rentrée sous le nom d'Oscar et, tout récemment, à Auxerre. Il le sera à Grenoble début 2017. "Les conducteurs soumettent leurs horaires sur le site et ceux-ci sont avalisés ou pas par le réseau TCRA opéré lui aussi par Transdev", explique Joël Dampierre de Cityway. L'idée étant de développer l'offre aux heures où les Avignonais en ont le plus besoin et pas à deux heures du matin.

Pour l'instant, les trajets s'effectuent uniquement sur réservation, mais le système est conçu pour fonctionner en mode spontané. Les passagers pouvant héler en temps réel un covoitureur repéré sur leur appli.

Robert Viennet