Après une première ligne en test entre Bourgoin-Jallieu et Lyon en novembre 2016, la filiale de la SNCF étend son concept POP & VROOM sans attendre la fin de l'expérimentation. Le 15 mai 2017, la seconde ligne de covoiturage sur autoroute entre en service entre Dunkerque et Lille. Le principe ? Des points de rendez-vous prédéfinis (aires de covoiturage, parcs relais, dépose minute, etc.) et un système de notification en temps réel.
 
L'Ademe a identifié que le taux d'occupation par véhicule s'établit à 1,2 personne sur cet axe, soit 82.000 automobilistes sur l'A25 à l'heure de pointe, occasionnant des embouteillages. En effet, le temps de trajet peut passer de 1 à plus de 2 heures. La création de cette ligne de covoiturage doit donc permettre de "créer une plus grande mobilité territoriale", et "d'améliorer le quotidien des habitants", selon iDVROOM.
 
La mise en relation entre les conducteurs et les passagers se fait via l'appli gratuite POP & VROOM. En outre, la filiale de la SNCF ne prélève pas de commission. Le prix du trajet, fixé par le conducteur, ne peut excéder 10 euros pour un Dunkerque-Lille (80 kilomètres), soit une économie de près de 215 euros par mois pour le passager, selon la filiale de la SNCF.
 
Côté conducteurs, iDVROOM a mis en place un système de récompense pour les encourager à covoiturer. Ils bénéficient ainsi de bons d'achat dans des enseignes d'e-commerce partenaires : 30 euros pour un premier covoiturage et 20 euros pour les membres actifs, par exemple.
 
iDVROOM doit désormais compter avec un nouveau concurrent sur ce marché puisque BlaBlaCar a lancé, le 2 mai 2017,
BlaBlaLines, un service similaire sur deux autres axes pour l'instant : Reims-Châlons-en-Champagne et Toulouse-Montauban.
 
F.G.