Les présidents des branches alsaciennes de trois fédérations patronales (FNTR, Otre, TLF) ont remis au préfet de la région une motion demandant "la neutralisation tarifaire de l'expérimentation alsacienne, dont le lancement est prévu pour le 20 avril 2013".
"Il n'y a aucune raison de faire une discrimination régionale", a estimé devant la presse le président de la FNTR Alsace, Michel Chalot, après avoir été reçu à la préfecture le 30 octobre 2012.
Le représentant patronal suggère que l'écotaxe puisse être expérimentée en Alsace, mais sans facturation effective.

Les trois fédérations ont par ailleurs réitéré la demande des professionnels du transport d'une simplification des modalités de répercussion de l'écotaxe poids lourds des transporteurs sur leurs clients, les chargeurs.
La taxe, qui sera calculée sur une base kilométrique, doit s'appliquer en France à partir de juillet 2013 aux poids lourds à partir de 3,5 tonnes circulant sur le réseau national non-payant (routes nationales, départementales et communales).


400 millions d'euros à fin 2013

Sa mise en œuvre doit être anticipée en Alsace, à partir de la fin avril 2013, pour les poids lourds à partir de 12 tonnes.
Le produit de l'écotaxe devra notamment financer les projets d'infrastructures et favoriser le transfert du transport de marchandises de la route vers rail et le fluvial. Son produit est estimé à 400 millions d’euros bruts sur les derniers mois de 2013. "Mais cette estimation théorique reste à vérifier", mesure-t-on avec prudence à l’Agence française de financement des infrastructures de transport vers laquelle seront fléchés ces montants.
Surtout si le trafic de poids lourds continue de s’effondrer, sachant qu’il flirte actuellement avec les niveaux très bas de 2008.

N.A (avec AFP)