"L'honneur de la politique c'est d'assumer ses responsabilités", a déclaré le premier ministre à l'issue d'une réunion à Matignon, le 29 octobre 2013, avec les élus bretons et qui a abouti à un nouveau report de la mise en œuvre de l'écotaxe poids lourds "pour nous donner le temps nécessaire d'un dialogue au niveau national et régional".

Jean-Marc Ayrault a indiqué qu'il s'agissait bien d'une "suspension" au niveau national et pas d'une "suppression". Sans toutefois préciser de nouvelle date pour l'instauration de cette mesure qui devait entrer en vigueur en janvier 2014 et qui a déjà été repoussée deux fois, pour des raisons techniques.

Il a indiqué qu'il retenait d'ores et déjà plusieurs propositions des ministres concernés par cette mesure: "L’exonération des poids-lourds utilisés par l’agriculture et la pêche partout en France. Elles concernent également les régions périphériques comme la Bretagne".


Des mois de discussions

Interrogé par l'AFP à l'issue de cette réunion, le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a estimé qu'il faudrait "vraisemblablement" plusieurs mois de discussions pour parvenir à une solution. "Nous verrons, le plus rapidement sera le mieux pour pouvoir sortir un financement des infrastructures", a-t-il ajouté. Car la suspension de l'écotaxe représente un manque à gagner de 750 millions pour l'État, et de 150 millions pour les collectivités locales.

Enfin, selon le ministre, cette suspension jusqu'à nouvel ordre n'aura "pas d'incidence directe" sur le contrat de l'Etat avec Ecomouv', société chargée de la gestion et de la collecte de l'écotaxe. "Il faudra néanmoins regarder les clauses du contrat" et "dans quelle mesure elles se mettent en place", a-t-il nuancé.

Selon le ministre de l'Agriculture, Stéphane le Foll, interrogé le 28 octobre sur iTélé, "Le gouvernement "ne peut pas revenir un arrière" car défaire le contrat signé avec Ecomouv' sous la mandature de Nicolas Sarkozy coûterait 800 millions d'euros. Une telle rupture n'est toutefois pas envisagée à l'heure actuelle, l'écotaxe étant seulement suspendue.

Robert Viennet