Les poids lourds devaient être exonérés de cette hausse de 4 centimes puisqu'ils devaient payer l'écotaxe, rebaptisée "péage de transit poids lourds" avec un périmètre réduit qui a été enterré depuis par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. Lors de l'examen du volet recettes du projet de loi de finances, les députés ont donc élargi cette hausse aux poids lourds afin qu'ils participent, comme prévu, au financement des infrastructures de transport.

La hausse du gazole de quatre centimes pour les poids lourds est composée de deux hausses distinctes, applicables au 1er janvier 2015 pour les automobilistes.
D'une part, deux centimes dans le cadre de la taxe carbone, dont les camionneurs devaient être exonérés puisqu'ils devaient déjà s'acquitter de l'écotaxe.
Et deux autres centimes dans le cadre de la taxe gazole, annoncée dans le projet de loi de finances 2015 pour compenser le manque à gagner après l'abaissement du périmètre de l'écotaxe, et donc une diminution des recettes prévues.

"Il n'était pas juste fiscalement que les transporteurs routiers ne participent pas à cet effort alors qu'ils sont responsables de l'essentiel de la dégradation d'usure du réseau routier", a souligné l'écologiste Eva Sas, auteur de l'amendement voté sur cette hausse. Cet amendement rapportera 332 millions d'euros qui seront versés à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf).

Rappelons que la hausse de deux centimes votée cette année pour les automobilistes devrait rapporter 800 millions d'euros pour l'Afitf.

Pour les transporteurs routiers, la hausse du gazole ne constituait qu'une piste de travail évoquée lors de la première réunion de travail qui a eu lieu le 16 octobre 2014. Dans un communiqué commun, plusieurs fédérations patronales du secteur -TLF, FNTR, UNOSTRA et CSD - expliquaient qu'elles entendaient consulter "leurs instances sur la question de la levée provisoire de ces exonérations".