Le réseau de transport urbain de Coulommiers (Seine et Marne) exploité par Darche et Gros, filiale de Transdev, a pris livraison fin juin 2010 de trois bus hybrides Solaris Urbino 12. Des véhicules standard de 12 mètres.

Une première en France puisque jusque à présent, ne circulaient en France que deux hybrides articulés Urbino 18, à Strasbourg et à Coulommiers, depuis 2009. Cette année de recul permet un premier retour d'expérience sur cette technologie appelée "hybride parallèle".


15 à 25% d'économie de carburant


A Coulommiers, par exemple, Gérard Lassalle, directeur parc et maintenance et responsable de la filière énergétique de Transdev Ile de France, indique que les gains de consommation d'un articulé hybride par rapport à un bus articulé gazole oscille entre 15 et 25%.
"Un écart qui dépend du type de ligne sur lequel est exploité le véhicule, précise Gérard Lasalle. Plus le parcours est accidenté, les arrêts nombreux et rapprochés et plus le bus profite de la récupération d'énergie au freinage. Une énergie électrique qui sera utilisé au redémarrage économisant ainsi le gazole ".

En clair l'hybride est nettement plus adapté aux parcours en zone urbaine dense qu'aux lignes périurbaines ou interurbaines. Ce que confirme Sébastien Lafargue de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) où l'Urbino 18 a déjà parcouru plus de 77 000 km en exploitation.
Mais il est plus circonspect sur les gains de consommation : "Notre véhicule circule toujours sur la même ligne, nous pouvons donc le comparer avec des bus gazole de la même génération. Au départ nous avons eu quelques problèmes avec le système de chauffage du bus qui était mal adapté et qui ne nous donnait qu'un gain de 6% en consommation. Depuis le système a été revu par Solaris mais nous n'avons pas pu réellement tester ces modifications à cause de l'arrivée des beaux jours. Actuellement les gains de consommation sont d'environ 17 % soit une économie de près d'une dizaine de litres de gazole au 100 km".


Aussi fiable qu'un bus standard


Concernant la fiabilité du véhicule et sa maintenance, il n'y a aucune différence avec un bus gazole, s'accordent à dire Gérard Lasalle et Sébastien Lafarge. Pour Christian Weintz, gérant de Solaris France, l'hybride présente toutefois un petit plus par rapport au gazole : "Le système de récupération d'énergie qui sert de ralentisseur permet une économie non négligeable des freins et le fait que le moteur gazole tourne à un régime constant permet d'espacer certains aspects de la maintenance comme les vidanges".


40% plus cher


Le surcoût de l'hybride articulé par rapport à l'hybride gazole est d'environ 40 %. Pour Christian Weintz avec un gazole à 1,10 euros le retour sur investissement peut se réaliser en huit ans.
Un optimisme que ne partage pas Sébastien Lafargue : "A la CTS, nous sommes pragmatiques. Pour l'instant, nous pensons que l'hybride ne sera pas économiquement rentable. Mais bien sûr, ça dépend du coût du gazole. Quand nous avons décidé d'acheter un hybride, le gazole était à 120 dollars le baril. Aujourd'hui il est à 75 dollars..." 


Robert Viennet (Transport Public)