"L'Etat tient sa parole et suit", a affirmé Louis Nègre, vice-président du Gart, l'association des élus du transport lors d'un point presse organisé le 10 novembre par Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau pour faire le point sur les dossiers transports du Grenelle 2.

Notamment le deuxième appel à projets de transports collectifs en site propre (TCSP) qui recense 84 candidatures déposées par 46 agglomérations de province pour obtenir une aide de l'Etat. Soit soit 650 km de lignes nouvelles (voir plus bas pour télécharger la carte de France des projets de TCSP).

Terminées les frayeurs des collectivités locales qui ont bien cru que les subventions promises par l'Etat allaient leur passer sous le nez après les réponses de Dominique Bussereau devant la commission des finances de l'Assemblée nationale le 12 octobre ?
Le secrétaire d'Etat aux Transports avait alors parlé d'une enveloppe de 300 à 500 millions, au lieu des 810 millions accordés en 2008, lors du premier appel à projets TCSP (lire l'article "L'Etat n'est pas au rendez-vous").


"Une logique de pourcentage"

Interrogé par MobiliCités.com sur le montant des subventions que l'Etat allait finalement accorder aux projets candidats, Jean-Louis Borloo a affirmé que "conformément aux objectifs du Grenelle (multiplier par 5 les offres de tramways ou modes équivalents en 12 ans), l'Etat s'engagera à nouveau à aider les collectivités locales sur une base de 15 à 20% de l'investissement", sous réserve qu'ils respectent le cahier des charges du gouvernement.
"Ce principe a été respecté dans le premier appel d'offres, il sera respecté dans le second, dans des proportions de même nature", a insisté le ministre de l'Ecologie.

Soit au moins 810 millions d'euros d'aide comme en 2008, voire plus puisque l'on dénombre davantage de projets de TCSP candidats ? "C'est plutôt une logique de pourcentage et non pas pas une enveloppe", a botté en touche Jean-Louis Borloo.

"Nous adapterons l'enveloppe"

Ce n'est pas le Goncourt, le principe c'est de développer la fréquentation des transports publics. Mais certains projets ne sont pas au degré de maturité nécessaire et devront être retravaillés. Il faudra adapter l'enveloppe, et s'il faut un peu plus (d'argent,NDLR), ce sera un peu plus".

Le jury se réunit le 2 décembre au ministère des Transports. On connaîtra alors la liste des dossiers retenus et le montant de l'aide de l'Etat.

Nathalie Arensonas