La grande fête annoncée pour le retour du tramway dans la ville Rose s'est transformée en pétard mouillé. Faute d'accord avec l'intersyndicale de Tisséo, la régie en charge de l'exploitation du réseau de transport urbain, la mise en service commercial du tram prévue lundi 29 novembre au matin n'a pas pu se faire. Et l'inauguration du week end avait également été annulée.
Une raison à cela : le conflit qui oppose l'intersyndicale (CFDT, CGT, Fo et Sud Transports) à Tisséo.


Prime de lancement et revalorisation salariale

L'arrivée du tramway était l'occasion rêvée pour les syndicats d'engager un bras de fer avec la direction pour l'attribution d'une prime de lancement à l'ensemble des 2 300 salariés, et une revalorisation salariale de 85 euros par mois pour les wattmen (70 conducteurs de bus ayant obtenu l'habilitation à conduire le tramway).

Devant la fin de non recevoir de Pierre Cohen et de Gérard André, président de Tisséo, les syndicats ont donc menacé de bloquer la sortie des rames de tram, et de perturber ainsi l'inauguration prévue pendant le week-end. D'où son annulation.
Dans un communiqué du 26 novembre, Gérard André confirme "l'octroi d'une gratification au personnel directement impliqué dans la préparation du projet de transport". Soit une prime de 300 euros versée aux 300 agents les plus engagés dans le projet de tram.

Concernant les augmentations salariales, le responsable indique "qu'elles seront discutées en janvier 2011 dans le cadre des négociations annuelles avec les partenaires sociaux". Il rappele au passage que le salaire des conducteurs avait été augmenté de 6% en 2010.


Nouvelle réunion avec les syndicats le 1er décembre

Dans ce contexte social tendu, Tisséo et son autorité organisatrice, le SMTC, avaient malgré tout décidé de maintenir le lancement commercial du tramway lundi 29 novembre entre Toulouse, Blagnac et Beauzelle. Mais le syndicat Sud qui menaçait de blocageest passé à l'acte.

Deux premières réunions entre les organisations syndicales et la direction de Tisséo ont eu lieu le 29 et le 30 novembre et "de nouvelles propositions ont été formulées par la direction sur les temps de pause, l'amplitude
horaire et la limitation des horaires en coupures, indique un communqiué de Tisséo du 30 novembre. Les échanges se poursuivent et un nouveau rendez- vous a été fixé demain matin (1er décembre ndlr) en présence des élus, de la direction de Tisséo et des syndicats", peut-on lire.


Nathalie Arensonas avec Christine Cabiron ()