"J'espère qu'on pourra ouvrir les premiers dès 2011", a précisé Sophie Boissard lors d'un point presse fin septembre à Forges-les-Eaux (Seine-Maritime), citant Paris, Lille, Bordeaux et Rennes.

Sur des "plateaux de 300 à 2 000 mètres carrés", ce "réseau de centres d'affaires national avec une soixantaine de sites" permettra aux voyageurs d'organiser des réunions, d'avoir des secrétaires à disposition, de lire leurs courriels, etc.
Sept entreprises se seraient déjà manifestées au terme d'un appel à intérêt lancé en mars 2010 par Gares & Connexions.

Laboratoires d'analyses, kyné et coiffeurs

Dans le cadre de sa politique d'humanisation des gares et de développement de nouveaux services destinés aux deux milliards de personnes qui y circulent chaque année, la branche spécialisée de la SNCF compte aussi lancer un appel d'offres pour des laboratoires d'analyses médicales et des centres de santé.

La patronne des gares envisage aussi d'accueillir des coiffeurs, des kinés, des agences de Pôle emploi ou des crèches, précisant que certaines expériences ont déjà commencé.


Des cyclo-pousses électriques inter-gares


De même, les consignes à bagages pourraient servir également de guichets permettant de récupérer des courses commandées sur internet. Un test de six mois à commencé à Paris-Est, Paris-Montparnasse et Lille. "Si ça marche, ça pourrait rapidement se généraliser", a commenté Sophie Boissard.

Côté accès, Gares & Connexions teste depuis peu un rickshaw (cyclo-pousse) électrique entre les gares d'Austerlitz, de Bercy et de Lyon à Paris, de même qu'un service de voiturier à la gare Montparnasse et la gare de Lyon.

N.A (avec AFP)