Il n'y aura peut-être pas de vols aériens domestiques ces prochains jours à cause d'un préavis de grève chez Air France, mais il y aura des trains... et des autocars.
Mi-juillet 2011, Eurolines, spécialiste des lignes routières entre les grandes villes européennes, a en effet lancé six nouvelles connexions entre Paris et l'ouest de la France :

  • Caen-Paris : à partir de 15 € 
  • Rouen-Paris : à partir de 8 €
  • Rennes-Paris : à partir de 24 €
  • Rennes-Rouen : à partir de 19 €
  • Nantes-Paris : à partir de 22 €
  • Angers-Paris : à partir de 17 €  

La stratégie du fait accompli ?

"Il s'agit des lignes internationales (Rennes-Paris-Prague et Nantes-Paris-Prague) que nous avons ouvert à des liaisons régionales comme nous y autorise la loi ORTF", explique-t-on chez Veolia Transdev (les dirigeants d'Eurolines n'ont pas souhaité s'exprimer).
La loi ORTF du 8 décembre 2009, ainsi que ses décrets d'application du 16 novembre 2010 et un arrêté du 19 janvier 2011, autorise en effet le cabotage (escale) sur les trajets internationaux par autocar à condition de ne pas embarquer plus de 50% de voyageurs sur le territoire français (et de ne pas y réaliser plus de 50% du chiffre d'affaires).

"Eurolines a fait des demandes d'autorisations pour l'exploitation de ces lignes entre le 8 février et le 4 mars comme nous l'impose la loi. Les régions concernées ont été consultées et aucune ne s'y est opposée formellement", assure Veolia transport.
La loi prévoit que les régions ont deux mois pour répondre à une demande d'autorisation et qu'une non-réponse vaut accord. Veolia Transdev ne précise pas si les régions concernées ont répondu en donnant un accord ferme ou si elles ont laissé passer le délai.

Le sujet est délicat. En 2009, le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, rapporteur du budget transport, avait déposé un amendement pour autoriser les lignes interrégionales stricto sensu. Une proposition repoussée par Dominique Bussereau, alors secrétaire d'état aux transports, qui avait chargé le Conseil général de l'écologie et du développement durable d'un rapport, qu'on a longtemps cru enlisé dans les méandres politico-administratifs et qui a fini par être rendu public en avril 2011 (lire).

Une réunion doit avoir lieu le 20 juillet au ministère des Transports précisémment sur ce sujet. "Une réunion prévue de longue date pour faire le point ", nous assure-t-on chez Veolia Transdev.


Nathalie Arensonas et Robert Viennet